Revoir le droit, la théologie & l’enseignement religieux, par Makram Abbès

Jamal al Banna 1920-2013 جمال البن

Jamal al Banna جمال البن 1920-2013

 

Au lendemain des révolutions tunisienne et égyptienne, le défunt Jamal Al Banna avait écrit que « les peuples se sont soulevés contre leurs gouvernants. Les musulmans vont-ils maintenant se soulever contre leurs « savants » religieux?»

Un soulèvement intellectuel contre l’actuelle emprise des clercs religieux sur les mentalités sociales est-il inévitable ? Est-ce le premier pas avant d’entreprendre la reconstruction d’une pensée libre et créative en islam ?

 


L’avenir est à la réforme du musulman

Makram Abbès

Makram Abbès

 

Makram Abbès est philosophe, maître de conférences de philosophie politique à l’École Normale Supérieure de Lyon et chargé de cours au collège des Humanités de l’EPFL. Spécialiste de la philosophie islamique, il a consacré de nombreux travaux à la pensée politique des lettrés et des juristes de l’époque médiévale ainsi qu’à la philosophie politique de penseurs musulmans comme Farabi, Avempace et Averroès. Ses recherches les plus récentes concernent la théorie de la guerre en islam. Il est l’auteur de Islam et politique à l’âge classique(PUF, 2009) et coauteur de Trésors dévoilés. Anthologie de l’islam spirituel (Seuil, 2009).

……………………………………..

 

Je suis tout à fait d’accord avec cette lecture qui place la religion au cœur des problèmes qu’il faudrait tenter de résoudre en urgence dans le contexte postrévolutionnaire. Mais pour préciser un peu plus la nature du problème, il faut penser à trois facettes fondamentales : le droit, la théologie, et l’enseignement religieux. La réflexion avancée par Jamal al-Banna mentionne les « savants religieux » ou les juristes (fuqaha’), contre lesquels il faut effectivement se révolter en vue d’une nouvelle fondation du droit en Islam. Mais le problème concerne davantage, à mon avis, les prédicateurs qui, par leur enseignement, sont les plus proches du peuple et peuvent contribuer à propager une mauvaise formation des individus et des groupes, comme on l’observe aujourd’hui. Le problème se pose aussi avec acuité lorsqu’on analyse la situation actuelle de la théologie islamique et le travail des théologiens (qui définissent les dogmes ou en dessinent les contours) parce que, dans ce domaine, les doctrines qui ont tendance à l’emporter ruinent les principes du vivre ensemble et ne favorisent pas une avancée significative dans le sens fixé par les révolutions.


Vous aimerez aussi...