Ce voile qui cache la forêt, par Houria Abdelouahed


Houria Abdelouahed
Houria Abdelouahed, « Ce voile qui cache la forêt », Topique, n° 110, 2010

Le nouveau malaise dans la culture arabo-musulmane, à travers le problème du hijâb (traduit par « voile ») pivote autour d’un entrelacs entre voir et être vu. 
Si le Texte prône une vision conservatrice de la femme, les différents commentaires des exégètes, au Moyen Âge et aujourd’hui, font miroiter des angoisses archaïques face au corps féminin. Le visage cesse d’être le miroir – où l’autre voit le reflet dédoublé de lui-même –, pour devenir l’unheimlich effrayant. D’où la nécessité de faire le lien entre l’inquiétante étrangeté et la tête de Méduse, la plus mortelle des trois Grées qui revient de façon extraordinaire dans les écrits des historiographes autour des déesses-mères préislamiques.

Houria Abdelouahed est psychanalyste, maître de conférences à l’université Paris Denis Diderot. Sa recherche confronte la psychanalyse à d’autres disciplines et champs de réflexion tels que l’anthropologie, la mystique, la théologie et la philosophie… Elle s’est notamment penchée sur les questions du visuel et du langage, de l’identité et de l’altérité ainsi que sur la question de la féminité en islam. Elle est l’auteur de Figures du féminin en islam (PUF, 2012), La langue et le miroir (éditions DârBidâyât, Syrie, 2006) et coauteure de Le regard d’Orphée (Fayard, 2009) et de Cliniques méditerranéennes, N° 85, 2012 : La pensée magique (Erès, 2012). Elle a traduit en français quatre ouvrages du poète Adonis.

 


Vous aimerez aussi...