Islamologie et islamisme au 21e siècle, deux visions réductrices en miroir

Beirut Research & Innovation Center (BRIC)

Colloque international. Quel avenir pour le bien-vivre-ensemble au Moyen-Orient? La gestion de la pluralité ethno-religieuse à la lumière des révolutions arabes
Beirut Research & Innovation Center, Université Saint-Josepth de Beyrouth, 5 et 6 novembre 2013

Réda Benkirane: Islamologie et islamisme au 21e siècle, deux visions réductrices en miroir l’une de l’autre

Intervention lors du Grand Débat, 6 novembre 2013, avec  :

Christine Babikian Assaf (Présidente de séance, Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Saint-Joseph, Liban)

Reda Benkirane (Sociologue, ASDEAM, centre Jacques Berque, Rabat, Maroc)

Bernard Rougier (Directeur  du Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales du Caire – CEDEJ)

Yves Besson (Ancien diplomate suisse, vice-président de l’Association suisse pour le dialogue euro-arabo-musulman – ASDEAM- Suisse)

Gilles Kepel (Professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris, nommé à l’Institut Universitaire de France)

TopArticles en relation :

Du « polygone étoilé » au « tapis maghrébin » : retour sur les motifs de Berque, article de Jocelyne Dakhlia 

En relisant le Coran, étude exégétique de Jacques Berque

Le Coran, essai de traduction, par Jacques Berque, éditions revue et corrigée, Albin Michel, 1995 (Sindbad, 1990).


Polygone_etoile

Top Jocelyne Dakhlia, «Du « polygone étoilé » au « tapis maghrébin » : retour sur le motif». In: Revue du monde musulman et de la Méditerranée, N°83-84, 1997. pp. 125-134.

 

« La pensée de Jacques Berque a souvent été définie comme une pensée de la nuance, du miroitement, du chatoiement. Une telle caractérisation s’enracine évidemment dans son écriture de « moire », mais on peut aussi, dépassant l’impressionnisme de l’image, prendre à la lettre et suivre, dans son œuvre, les résurgences d’une métaphore, la métaphore du tapis, ou du tissu, maintes fois reformulée, réitérée, sa vision de la culture comme un tapis, et un tapis chatoyant (…) c’est la métaphore du tapis qui va s’imposer dans sa pensée, et qui le distingue d’autres auteurs par la continuité et la force avec laquelle il va en faire usage. Tantôt Berque s’y réfère d’une manière purement suggestive, à travers l’idée de l' »entrelacs », de l' »enchevêtrement », (…) Tantôt l’image se déploie sous une forme infiniment plus argumentée. Or la force de la métaphore du tissage, telle que l’exprime Berque, lui vient de son recours au motif, « point » qui nous retiendra en particulier, parce qu’il touche à la difficulté de formuler ce qui constitue la cohérence même d’une culture et ses limites »

 Jacques Berque, Relire le CoranTopRelire le Coran, par Jacques Berque. Extrait de Le Coran, essai de traduction, par Jacques Berque, éditions revue et corrigée, Albin Michel, 1995 (Sindbad, 1990), reparu sous le titre Relire le Coran, Albin Michel, 1993.

Membre de l’Académie de langue arabe du Caire, professeur honoraire au Collège de France, sociologue et orientaliste, Jacques Berque (1910-1995), parfois dénommé « le passeur entre les deux rives », avait donné à l’Institut du monde arabe des conférences où, après la publication de son Essai de traduction du Coran, il présentait à un large public le livre fondateur de l’Islam.

Seize années de travail, et une vie tout entière consacrée à l’étude de l’Islam, avaient été nécessaires au professeur Jacques Berque pour proposer son « essai de traduction » du Coran. À la fois savante et littéraire, cette oeuvre monumentale, témoignant d’une intime familiarité avec le monde arabe et la tradition de l’Islam, fut saluée comme un événement pour l’approche de cette culture par le public francophone.

Après quatre ans de travail supplémentaires, Jacques Berque, qui fut l’infatigable explorateur des mille subtilités de la langue coranique, améliora son texte en y apportant des centaines de retouches d’après les remarques de lecteurs érudits, et particulièrement celles de cheikhs de l’Islam. Cette seconde édition, entièrement révisée, nous fait redécouvrir le Coran dans le souffle de ses origines, ouvrant les perspectives d’un Islam éclairé où foi et raison auraient toutes deux leur place.

À une apparente incohérence, Jacques Berque oppose de saisissantes régularités qui laissent entrevoir une composition en entrelacs. Le message conjugue la transmission de l’absolu et le traitement de données conjoncturelles : Ainsi les valeurs permanentes qu’il édicte s’inscriront-elles dans le temps des hommes. À l’ heure où certains prônent l’extension d’une « sharî’a » figée, ou seulement déduite, Jacques Berque souligne l’appel du texte à la raison, ses ouvertures à l’innovation. Enfin, la langue, qualifiée traditionnellement d’inimitable, illustre la transfiguration de parlers arabes réels en un système linguistique aux propriétés singulières. Relire le Coran se veut moins une introduction érudite qu’un guide pour aborder par l’intelligence et le coeur l’une des pièces de ce patrimoine universel où Jules Michelet voyait la « Bible de l’humanité ».

Top  En relisant le Coran, étude exégétique de Jacques Berque


Coran_Berque

Top Le Coran, essai de traduction, par Jacques Berque, éditions revue et corrigée, Albin Michel, 1995 (Sindbad, 1990).

Seize années de travail, et une vie tout entière consacrée à l’étude de l’Islam, avaient été nécessaires au professeur Jacques Berque pour proposer son « essai de traduction » du Coran. À la fois savante et littéraire, cette oeuvre monumentale, témoignant d’une intime familiarité avec le monde arabe et la tradition de l’Islam, fut saluée comme un événement pour l’approche de cette culture par le public francophone.

Après quatre ans de travail supplémentaires, Jacques Berque, qui fut l’infatigable explorateur des mille subtilités de la langue coranique, améliora son texte en y apportant des centaines de retouches d’après les remarques de lecteurs érudits, et particulièrement celles de cheikhs de l’Islam. Cette seconde édition, entièrement révisée, nous fait redécouvrir le Coran dans le souffle de ses origines, ouvrant les perspectives d’un Islam éclairé où foi et raison auraient toutes deux leur place.

Jacques Berque a, dans sa jeunesse, étudié l’arabe en vivant en tribu dans la région du Hodna algérien et le droit musulman avec des cheikhs de l’Université de Qarawiyin à Fès. Plus tard il a occupé, un quart de siècle durant, la chaire d’histoire sociale de l’Islam contemporain au Collège de France, et servi comme expert de l’Unesco. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages d’histoire sociale et d’islamologie, parmi lesquels: Les Arabes d’hier à demain (Paris, Seuil, 1960), L’Intérieur du Maghreb (Paris, Gallimard, 1978) et L’Islam au temps du monde (Paris, Sindbad, 1984). Retiré depuis 1981 dans son village familial des Landes, Jacques Berque a publié encore un volume de souvenirs, Mémoires des deux rives (Paris, Seuil, 1989) et un essai plus général, Il reste un avenir (Paris, Arléa, 1993).


Vous aimerez aussi...