Entre, inter, trans…par Réda Benkirane

Entre, inter, trans…
par Réda Benkirane* 

Je suis un sociologue, plutôt éclectique, qui travaille comme une sorte de passeur de cultures et de sciences.

Contrebandier un peu, clandestin beaucoup puisque j’ignore les frontières disciplinaires, je travaille dans un espace informel, car je suis convaincu que si société de connaissance il y a, elle s’épanouira de plus en plus en dehors des espaces jusque-là consacrés que sont l’Ecole et l’Université.

Nous allons probablement nous diriger vers une désacralisation du savoir en empruntant des voies de plus en plus informelles, autodidactes.

Je travaille sur les liens, au croisement des sciences douces et dures, du Nord et du Sud, de l’Orient et de l’Occident. Il nous faut aujourd’hui élaborer un savoir sociologique, anthropologique, philosophique sur les relations. Ce sont elles qui définissent les êtres, les objets, et non le contraire. Tout ce qui peut nous aider à penser l’entre, l’inter, le trans, le pluri ou encore l’uni- vers m’intéresse.

Et si je trouve la science si intéressante en ce début de siècle, c’est parce qu’elle reflète cette ouverture et fait preuve de « modestie épistémologique ». Il faut rappeler qu’elle a souvent contribué à la domination de sociétés entières, que, pour beaucoup de peuples, particulièrement au sud, elle a été perçue comme une production occidentale : une culture de l’arrogance. Or l’histoire des sciences révèle, maintenant que se multiplient les traductions d’oeuvres jusque-là ignorées, l’apport des autres cultures et civilisations à l’édification du savoir. Et nous n’en sommes qu’au début. Ainsi, l’histoire des sciences nous montre que rien n’est connu ou couru d’avance.

* Sociologue, dirige l’atelier de recherche Iqbal, fondateur du portail de connaissance archipress.org.


Vous aimerez aussi...