Du « polygone étoilé » au « tapis maghrébin », retour sur les motifs de Berque, par Jocelyne Dakhlia

Polygone_etoile Jocelyne Dakhlia, «Du « polygone étoilé » au « tapis maghrébin » : retour sur le motif». In: Revue du monde musulman et de la Méditerranée, N°83-84, 1997. pp. 125-134.

 

« La pensée de Jacques Berque a souvent été définie comme une pensée de la nuance, du miroitement, du chatoiement. Une telle caractérisation s’enracine évidemment dans son écriture de « moire », mais on peut aussi, dépassant l’impressionnisme de l’image, prendre à la lettre et suivre, dans son œuvre, les résurgences d’une métaphore, la métaphore du tapis, ou du tissu, maintes fois reformulée, réitérée, sa vision de la culture comme un tapis, et un tapis chatoyant (…) c’est la métaphore du tapis qui va s’imposer dans sa pensée, et qui le distingue d’autres auteurs par la continuité et la force avec laquelle il va en faire usage. Tantôt Berque s’y réfère d’une manière purement suggestive, à travers l’idée de l' »entrelacs », de l' »enchevêtrement », (…) Tantôt l’image se déploie sous une forme infiniment plus argumentée. Or la force de la métaphore du tissage, telle que l’exprime Berque, lui vient de son recours au motif, « point » qui nous retiendra en particulier, parce qu’il touche à la difficulté de formuler ce qui constitue la cohérence même d’une culture et ses limites »

 


Vous aimerez aussi...