Aux limites de la recherche coranologique actuelle, par Cyrille Moreno Al Ajami

A propos de Le Coran. Nouvelles approches, sous la direction de Mehdi Azaiez et Sabrina Mervin,  Paris, CNRS Éditions, coll. « Philosophie et histoire des idées », 2013, 344 p.

Le Coran, nouvelles approchesCet ouvrage collectif, sous la direction de Mehdi Azaiez en collaboration avec Sabrina Mervin, réunit les textes de onze interventions présentées en novembre 2009 à l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman à Paris. Ces contributions couvrent un vaste champ d’investigation : de l’épigraphie à l’analyse littéraire en passant par la codicologie et la socio-anthropologie. Ce large panorama ambitionnerait de déterminer l’histoire du texte coranique à la lumière des sciences critiques européennes, de relancer la mythologique édition critique du Coran et, par voie de conséquence, de valider un nouvel univers herméneutique. L’on comprend en ce sens que ce chantier réflexif soit dédié à Mohammed Arkoun. Par ailleurs, si les « révisionnistes » de l’hypercritique sont effectivement cités dans l’introduction, ils seront, avec sagesse, écartés de ce travail, lequel se voudrait donc sans doute présenter un modus vivendi quant à la délicate question de la genèse coranique. Nous soulignerons que le présupposé sous-tendant la présente recherche est, du point de vue théorique, de présumer que le texte coranique a une histoire bibliographique plutôt qu’un « auteur » et, du point de vue pratique, que l’édition non critique du Coran de 1924, dite du Caire, serait de manière dommageable la forme historique immuable du Coran, ces deux postulats sont en soi fort discutables.

Les articles présentés sont avec raison regroupés selon trois axes. Le premier, intitulé : « Histoire du texte », s’ouvre par une étude du grand spécialiste des codex antiques du Coran, François Déroche. Choix logique, bien que le sujet traité, « Quelques caractéristiques de corans de la période omeyyade », très technique, ne nous plonge pas au cœur de l’histoire ancienne des corans de style hijâzî de la période immédiatement post-othmanienne (voir aussi Déroche F. : La transmission écrite du Coran dans le début de l’islam, le codex parisino-petropolitanus, Leyde-Boston, Brill, 2009). Pourtant, cette avancée remarquable du codicologue français est fondamentale pour l’histoire du texte puisqu’elle grève de manière scientifique les désuètes hypothèses islamologiques d’une rédaction tardive du corpus coranique. L’article de Fréderic Imbert : « le Coran des pierres » vient ensuite confirmer l’existence précoce d’un référentiel coranique, le plus ancien graffiti ici mentionné est daté de shawwâl 64, mai 684. La matière est riche et, en l’état actuel de l’inventaire, quelques centaines de pierres gravées nous renvoient à la réalité d’hommes du viie siècle qui tracèrent des citations coraniques (voir aussi Imbert F. : Le Coran dans les graffiti des deux premiers siècles de l’Hégire, Arabica, 47, 2000). C’est dans cette perspective que ce domaine de recherche épigraphique s’avère intéressant, bien que la nature fragmentaire et lapidaire des graffiti contenant des énoncés a priori d’origine coranique ne devrait pas en soi permettre une étude de l’histoire in extenso du Coran. De plus, le caractère parcellaire de ces documents ouvre de faciles espaces à la surinterprétation et, sur ce point, l’auteur n’a pas la neutralité de Déroche. Par exemple, p. 120, F. Imbert formule ainsi son postulat de base : « Ces graffiti permettent d’envisager que des formules et des péricopes largement utilisées sur le Proche-Orient auraient fini par intégrer un texte coranique en cours de constitution ». De son propre aveu, c’est inverser l’hypothèse la plus évidente, puisque ces graffiti sont postérieurs au Coran et leur datation permet de dater le référentiel Coran, et c’est aussi renverser l’intérêt archéologique de ces éléments lapidaires. L’article de Mohammad Ali Amir-Moezzi : « Violence et écritures aux débuts de l’islam » résume par ce titre l’ouvrage de cet auteur (cf. Moezzi M.A.A. : Le Coran silencieux et le Coran parlant, Paris, CNRS Éditions, 2011). Il y propose de retracer l’histoire de l’élaboration textuelle du Coran selon le point de vue du shiisme. Il évoque de manière parfois apologétique la marginalisation des chiites au cours des premiers siècles de l’islam, leurs luttes idéologiques et politiques s’étant exprimées au travers de la contestation des sources de l’islam, le Coran et le Hadîth en premier lieu. Il rappelle qu’il y eut de nombreuses tentatives pour imposer de scripto d’autres versions coraniques légitimant le droit au pouvoir de la famille d’Ali et des Alides. Toutefois, nous ne sommes guère là dans la genèse du Coran, mais bien plutôt dans celle de son processus de canonisation historique, le triomphe d’un parti omeyyade tardif et abbasside précoce qui devint de facto l’orthodoxie. Il est enfin précisé que le chiisme adopta vers le ive siècle le même texte coranique et que Sunnites et Shiites ne se positionnèrent plus qu’en fonction d’herméneutiques dogmatico-politiques radicalement différentes.

Le deuxième axe traite du « Contexte d’émergence ». L’on notera que l’usage du singulier en ce titre pourrait trahir une pensée uniciste, voire unique. Pour une recherche, le pluriel aurait était plus adéquat et, au demeurant, les diverses positions défendues par ces quatre articles le confirment. Le premier : « Le Coran, texte de l’antiquité tardive » est de Angelika Neuwirth (voir aussi Neuwirth A. : The Qur’ân in Context. Historical and Literary Investigation into the Qur’ânic milieu, Leiden, Brill, 2009). Il ambitionne de replacer le Coran dans son contexte intellectuel d’origine, lequel est alors supposé être celui de « l’Antiquité tardive » du Moyen-Orient. Première conséquence, il faudra lire le texte coranique in statu nascendi et non pas en fonction des textes islamiques qui lui sont tous postérieurs. La responsable du programme Corpus Coranicum postule en conséquence que le Coran est en soi une exégèse des traditions bibliques et postbibliques. C’est peu ou prou la position de Geneviève Gobillot qui, dans l’article présenté : « L’abrogation selon le Coran à la lumière des homélies pseudoclémentine » propose – après un préambule méthodologique très intéressant sur l’analyse littéraire du texte coranique – des liens et ligatures intertextuelles qui n’échappent pas, semble-t-il, à la surinterprétation, mais tel est bien le risque des lectures croisées (voir aussi Gobillot G. : L’abrogation dans le Coran à la lumière interculturelle et intertextuelle, Al Mawâqif, Mascara, 2008). Jacqueline Chabbi en l’article intitulé « La possibilité du Coran comme document anthropologique » inverse la tendance et a pour volonté de replonger le Coran en son milieu sociologique, le monde arabe clanique du viie siècle (cf. Chabbi J. : Le Seigneur des tribus, l’islam de Mahomet, Paris, Noêsis, 1997, 2010). Mais, comment sonder l’imaginaire tribal quand les sources sur cette période sont issues d’une histoire totalement revisitée par la construction de l’islam, si ce n’est en ouvrant la porte à l’imagination spéculatrice ? Nous soulignerons la transcription de Coran 10, 94 qui ne contient pas moins de cinq erreurs. Délaissant le texte et traitant de ses origines supposées, Claude Gilliot est en quelque sorte plus radical que nos trois chercheuses, dans « Le Coran avant le Coran. Quelques réflexions sur le syncrétisme religieux en Arabie centrale » il veut identifier les informateurs de Mahomet et leurs sources [voir aussi Gilliot C. : Les informateurs juifs et chrétiens de Muhammad. Reprise d’un problème traité par Aloys Springer et Theodor Nöldeke, Brill, 1996]. L’on est en droit de s’interroger sur l’avenir de cette vieille recherche islamologique tant la multiplication des soupçons plus que des preuves n’a pas su éclairer de manière décisive l’origine du Coran.

Le troisième et dernier axe concerne « L’analyse littéraire » du texte coranique. Il s’agit effectivement d’une voie de recherche qui, pour sembler évidente, n’a guère été exploitée. Le premier article : « Le Coran : l’écrit, le lu, le récité » est de Pierre Larcher (voir aussi Larcher P. : Le Coran : le dit et l’écrit, Actes du colloque oralité et écriture dans la Bible et le Coran, Aix-en-Provence, à paraître). Il tente là d’explorer au travers d’une analyse très technique de certaines qirâ’ât, ou variations de lecture, l’histoire de l’écriture du texte et, plus exactement, celle du passage de l’oral à l’écrit. L’approche reste très partielle et indique une réalité connue de la récitation coranique. L’étude proposée par Mehdi Azaiez : « Le contre-discours coranique. Premières approches d’un corpus » se concentre sur un des aspects particuliers de la rhétorique coranique : « la polémique » comprise en tant que dialogique intentionnelle (voir aussi Azaiez M. : La polémique dans le Coran, introduction à l’analyse du contre-discours et de la riposte coranique. Mémoire Master II, Aix-en-Provence. IREMAN/Université de Provence, 2008). De manière spécifique, l’auteur a cherché à quantifier le phénomène puis à le systématiser. Limite du genre, pour perspicace qu’elle soit l’analyse littéraire descriptive est peu productive et l’on constatera qu’une fois encore il faut interpréter les résultats ou avoir recours à l’intertextualité spéculative pour avancer vers des propositions de sens. Fait suite l’article de Anne-Sylvie Boisliveau : « Le discours autoréférentiel dans les premières sourates mecquoises ». Lui aussi reste dépendant d’un travail doctoral et, à quelques approximations près, se maintient dans le cadre du champ précédent (cf. Boisliveau A.-S. : Le Coran par lui-même. Vocabulaire et argumentation du discours coranique référentiel, 2013). Enfin, Michel Cuypers nous offre l’un de ses rigoureux exposés de rhétorique sémitique (voir aussi Cuypers M. : Le Festin. Une lecture de la sourate al Mâ’ida, Paris, Lethielleux, 2007). Il s’attaque au décodage structurel du verset de l’abrogation, S2.V106, qui avait été analysé par Geneviève Gobillot. Ce doublon produit un résultat de sens identique et, si les méthodologies diffèrent, les résultats pourraient avoir été influencés par la régulière collaboration de ces deux chercheurs. Néanmoins, l’intérêt persiste, puisqu’ils posent avec force arguments une lecture de ce verset remettant totalement en cause l’interprétation classique de la doxa exégétique musulmane. Signalons que pour ce fameux verset d’autres hypothèses de sens existent.

En conclusion, nous signalerons que cet ouvrage collectif ne possède ni synthèse ni conclusion et nous proposerons donc la nôtre : cet état des lieux de la recherche coranologique vu depuis l’hexagone est, somme toute, enrichissant de par la diversité des propositions et des positions des onze auteurs présentés. Toutefois, cette disparité même laisse percevoir les limites du paradigme de ladite recherche coranologique. En effet, si la richesse méthodologique est en soi productive et le recueil de données quantitativement important, un tel travail aboutit nécessairement à une phase d’interprétation et, tout au long de cette présentation, il nous sera aisé de constater que l’interprétation quasi individuelle des données va parfois jusqu’à la discordance. En ces conditions, entre science et intentions, le panorama coranologique qui nous est offert indique qu’au-delà de la pure production d’informations cette recherche n’a pas jusqu’à maintenant atteint l’âge de raison. De fait, le Coran, plus que jamais enjeu de trop de tensions, échappe encore de facto aux investigations rationnelles. Constat qui plutôt que d’encourager le raidissement dogmatique de la discipline coranologique devrait ouvrir la voie à de nombreux et nouveaux horizons.

 Cyrille Moreno Al Ajami


Vous aimerez aussi...