L’avenir est à la réforme du musulman, par Dr Al Ajami

Jamal al Banna 1920-2013 جمال البن

Jamal al Banna جمال البن 1920-2013

 

Au lendemain des révolutions tunisienne et égyptienne, le défunt Jamal Al Banna avait écrit que « les peuples se sont soulevés contre leurs gouvernants. Les musulmans vont-ils maintenant se soulever contre leurs « savants » religieux?»

Un soulèvement intellectuel contre l’actuelle emprise des clercs religieux sur les mentalités sociales est-il inévitable ? Est-ce le premier pas avant d’entreprendre la reconstruction d’une pensée libre et créative en islam ?

 


L’avenir est à la réforme du musulman

Dr Moreno Al Ajami

Dr Moreno Al Ajami

Dr Moreno Al Ajami, est un médecin et un théologien français qui vit au Maroc. Arabisant, il  consacre l’essentiel de ses travaux à une recherche exégétique ainsi qu’à sa méthodologie d’analyse littérale du Coran. Il prépare également une « Histoire du Coran » qui est un travail critique des sources islamiques classiques. Il est l’auteur de Que dit vraiment le Coran ? (Éditions Zénith, 2009). et Quarante Hadiths authentiques de Ramadan (Éditions Zénith, 2006).

……………………………………..

Il me semble bien comprendre ce que Jamal al Banna signifiait, et même si nous partageons un large fond commun d’idées et de méthodes d’analyse de l’islam, et surtout du Coran, je ne suis pas sûr de m’être laissé griser par les brises printanières.

Les révolutions ne sont pas choses indélibérées, elles naissent d’un ferment d’idées ayant travaillé les sociétés en amont et en profondeur. Par contre, les soulèvements, les révoltes peuvent être spontanés, même si des printemps en hiver sentent le jasmin frelaté. En tant que lecture des réalités, les constructions intellectuelles sont encore plus illusoires et éphémères.

Un soulèvement contre l’autorité en islam n’est guère concrètement envisageable, puisque la structure fluide, non organisée, de ce corps pourtant existant suppose que l’on ne puisse matériellement l’affronter. L’orthodoxie a des causes endogènes et les clercs en sont les gardiens autoproclamés, ils défendent un palais mythologique qui ne peut être pris d’assaut par la force. Historiquement, toute tentative de cet ordre a abouti en cas de réussite à une profonde scission et à la création d’une nouvelle religion, tel est le cas de la « Réforme » qui ne réforma pas, mais engendra dans la souffrance le protestantisme en ses multiples branches. Tel est le cas aussi des différentes révoltes en terres d’islam qui ont donné naissance à d’autres islams : kharijisme, shiisme, ibâdisme, etc. Mais quel réformateur aurait prétention à créer un nouvel islam ?

Si les clercs de l’islam ont apparemment encore du poids sur les mentalités sociales, ce n’est point qu’ils aient le pouvoir de les façonner, mais qu’au contraire ils en sont le reflet. L’orthodoxie n’est qu’une définition moyenne issue d’une culture et d’un temps d’une ou de sociétés qui en valident le contenu et la formulation. En retour, les gardiens du Temple s’expriment au nom de ceux qui les ont légitimés et, boucle herméneutique sociétale oblige, expriment ce que cette majorité veut. C’est donc en modifiant les mentalités, l’habitus, que l’on modifie l’orthodoxie et, par voie de conséquence, la garde des ulémas officiels. De la même manière, il serait erroné de concevoir les formes conservatrices de l’islam comme marginales ou extérieures à un islam de référence, Islam majuscule alors conçu par contraste comme une entité pure, le paradigme à atteindre par la réforme ou un effort renouvelé de pensée. En réalité, ces expressions font partie intégrante de l’islam ; plus encore, elles sont l’islam. L’islam n’est pas une religion descendue du ciel, mais née de la terre. Cet amalgame n’interdit pas de mener bataille frontalement, mais elle condamne ce combat à l’échec, car l’on ne peut détruire ce que l’on veut déconstruire.

En ce sens, la sécularisation à marche forcée que connaissent les sociétés du monde dit musulman est sûrement plus efficace que toute volonté de réforme ou de révolte. Mais, la puissance de ce phénomène est incontrôlable et il n’y a que dans les cas désespérés qu’un médecin parie sur un remède plus toxique que la maladie. Cette situation est vectrice de ruptures et de dysharmonies de plus en plus patentes, l’observation de ses symptômes, leur évolution, indiquent que les intellectuels doivent rechercher des outils concepts et concrets à même de régler cette diathèse.

Il apparaît donc plus performatif de travailler sur le corps réel de l’orthodoxie, c’est-à-dire les musulmans, non pas contre ceux qui ne manifestent aucun signe, mais avec ceux qui sont en souffrance, en questionnement, en déséquilibre. Ceux qui perçoivent l’inadaptation entre ce qu’ils croient devoir croire et leur propre adéquation au monde actuel. Ceux-là sont à l’écoute, plus encore, en attente. C’est donc en guérissant les parties malades que le corps retrouvera sa nouvelle santé.

Aussi, le premier pas devra-t-il être « d’entreprendre la reconstruction d’une pensée libre et créative en islam », cela me paraît intellectuellement et sociologiquement plus réaliste que de vouloir dire aux mandarins de notre empire céleste « Dégage ! irhal ». Par ailleurs, les penseurs musulmans ne sont pas sous la dépendance des autorités religieuses, ils n’appartiennent pas au même monde épistémologique, ils sont libres ou du moins ont-ils de fait la possibilité de s’affranchir. L’univers de la pensée critique permet de découvrir des horizons nouveaux à partir d’observations nouvelles, les doctes, eux, ne peuvent que s’emmurer en leurs certitudes.

Il est ainsi envisageable de modifier directement la perception que les musulmans ont de leur religion et de l’interface de leur religiosité avec leurs réalités, autrement dit la nature perceptible de leur lien à Dieu. Il convient donc de réaliser un travail de mise à niveau des données fondamentales : Coran, Sunna, islam, une mise en adéquation aux nouvelles mentalités du monde émergeant auquel les musulmans de manière croissante sont confrontés et avec lequel ils sont en convergence. J’ajouterais que la présence importante, et appelée à durer, de musulmans en Occident ne peut qu’accentuer le sentiment de décalage, d’inadaptation, car, quoi qu’on en dise, l’islam est fondé sur un univers plus magique que rationnel. Il y a à déconstruire tout un monde, sans pour autant vouloir le détruire, déconstruire constructivement.

Depuis plus d’un siècle, la réforme de l’islam, puis la réforme islamique n’ont pas donné les fruits escomptés, elles ont été phagocytées par l’organe qui les avait tolérées. L’avenir est donc à la réforme du musulman. C’est-à-dire la réforme de l’individu, de l’être, une mise à niveau intrinsèque du nouveau musulman. L’islam en tant que code religieux fait partie de son habitus, il doit alors réaliser un double travail de relecture : son monde et ce monde. Les clercs de l’islam ne le feront pas pour lui, il s’agit donc d’une véritable révolution personnelle, et non pas d’une révolte contre l’islam. Les observateurs, les penseurs, les chercheurs, ont un rôle essentiel à jouer, ils doivent s’efforcer de fournir des matériaux adéquats à ceux qui éprouvent le besoin de mener à terme leur réforme. Cette révolution nécessitera des référents et non plus de références. A ce titre, et à titre d’exemple d’étude et de recherche, nous pensons que le Coran est le référent commun partagé, aussi me paraît-il essentiel d’initier avec rigueur et méthode un vrai travail de recherche ouvrant à une relecture du Coran à l’origine, un ressourcement. Percevoir à nouveau un Message dont l’énergie initiale, le fait est historiquement indiscutable, permit une étonnante éclosion de potentiels et peut encore féconder les cœurs et les esprits, du moins est-ce notre espoir.

 

Dr. Moreno al Ajamî


Vous aimerez aussi...