Le Coran par lui-même, par Anne-Sylvie Boisliveau

Anne-Sylvie Boisliveau, Le Coran par lui-même. Vocabulaire et argumentation du discours coranique autoréférentiel, Londres, Brill, 2013, 460p.Anne-Sylvie Boisliveau, Le Coran par lui-même. Vocabulaire et argumentation du discours coranique autoréférentiel, Londres, Brill, 2013, 460p.

Dans Le Coran par lui-même, Anne-Sylvie Boisliveau livre une analyse passionnante de la manière dont le Coran est l’architecte de sa propre image. Loin d’être un texte sans relief, celui-ci utilise un vocabulaire, des procédés rhétoriques et une argumentation soigneusement choisis pour orienter l’image qu’auditeurs ou lecteurs se feront de lui.
Une analyse serrée du vocabulaire autoréférentiel montre que le Coran se décrit lui-même comme Ecriture « façon judéo-chrétienne » représentant un enjeu de communication. Mais surtout, par un triple discours – sur les actions divines, sur les Ecritures révélées antérieurement, telles la Bible, et sur la fonction prophétique –, le Coran se confère à lui-même le monopole de l’autorité issue de la révélation divine et pousse l’auditeur/lecteur à s’y soumettre.

In Le Coran par lui-même, Anne-Sylvie Boisliveau provides a ground-breaking analysis of the way the Qurʾān is the architect of its own image. Far from being a flat text, the Qurʾān uses carefully chosen vocabulary, rhetorical tools and argumentation to direct the image that listeners or readers will then have in mind. A close analysis of its self-referential vocabulary shows that the Qurʾān describes itself as a Scripture “in a Judeo-Christian style” which communicative function is stressed. By a triple discourse (on divine actions, on previous Scriptures such as the Bible and on prophethood), the Qurʾān grants itself the monopoly of divine authority through revelation and pushes the listener/reader into a decisive submission.

Extraits (introduction)


Vous aimerez aussi...