D’un coran multilingue dans l’Italie du XVe siècle, par Benoît Grévin

Benoît Grévin,  « Le « Coran de Mithridate » à la croisée des savoirs arabes dans l’Italie du XVe siècle », Al-Qantara, XXXI, 2, juillet-décembre 2010, pp. 513-548.

L’édition du « Coran de Mithridate » contenu dans la seconde partie du ms. Vat. Ebr. 357 (fol. 51-156) pose de nombreux problèmes méthodologiques, liés au statut unique de ce texte à strates temporelles et linguistiques multiples. Sur un texte coranique déjà exceptionnel (car transcrit en caractères hébraïques avec de telles déviations par rapport aux versions traditionnelles qu’il peut être culturellement qualifié de judéo-arabe), probablement créé en Sicile au début du XVe siècle, sont venus se greffer un ensemble de commentaires en latin, en arabe et en hébreu dus à au moins quatre mains en activité dans la décennie 1480.

Dans cet ensemble prédomine le travail de Guglielmo Raimondo Moncada, alias Flavius Mithridate, professeur de langues sémitiques et traducteur de Giovanni Pico della Mirandola (fl.1470-1489). La richesse de ces annotations interlinéaires et marginales n’a d’égal que leur diversité, entraînant autant de problèmes d’analyses : de la collation et de la traduction du texte coranique au commentaire polémique en passant par la reportation de fragments d’exégèse islamique traduits en latin…

Quelles stratégies d’édition employer pour refléter la complexité de ce manuscrit de travail et de son histoire, tout en la clarifiant grâce à l’organisation de repères susceptibles d’indiquer à la fois les interactions entre les différentes zones textuelles, et avec les instruments de travail qui ont aidé ses différents acteurs dans son élaboration ?


Vous aimerez aussi...