Le phénomène coranique, par Malek Benabi

Malek BenabiMalek Benabi, Le phénomène coranique (1947)

Bien que plus d’un demi-siècle se soit déjà écoulé depuis que son édition française originale a été publiée en 1947, la valeur du Phénomène coranique a considérablement augmenté, tant du point de vue de sa thèse principale que de son approche méthodologique. Il n’est point besoin de souligner son actualité et sa pertinence par rapport aux préoccupations principales de la pensée islamique contemporaine en particulier, et à la pensée religieuse et philosophique en général. Se voulant juste une tentative de prouver la source surnaturelle et divine du Coran, l’œuvre de Malek Bennabi est en fait un plaidoyer contre le réductionnisme de toutes sortes et prétentions. A un moment où la sagesse et les autorités jadis révérées d’une modernité mondialisée de manière impérialiste sombrent sous les attaques post-modernes, l’humanité est témoin d’une forte renaissance du sophisme et d’une montée sans cesse continue de scepticisme et de nihilisme.

Malek Bennabi (1905-1973) est né en 1905, à Tebessa, en Algérie. Il fait ses études  d’ingénieur en électricité à Paris en 1930, anime à Marseille un centre de formation pour les travailleurs immigrés. En 1956, il rejoint le FLN au Caire, et, après l’indépendance algérienne, occupe le poste de directeur de l’enseignement supérieur à Alger.  Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Le Phénomène Coranique,  Les Conditions de la Renaissance (1948) et Vocation de L’Islam (1954).

Extraits de l’introduction:

Ce travail n’a pas pu voir le jour normalement. En fait il s’agit de la reconstitution d’un original détruit dans des circonstances particulières. Dans sa forme actuelle, il ne satisfait pas à l’idée initiale que nous nous faisions du problème coranique. Le sujet méritait un travail de longue haleine et une documentation très sérieuse dont nous n’avons pu disposer dans notre seconde tentative. Croyant, néanmoins, à la pérennité de l’idée directive qui avait présidé à l’élaboration même du projet, nous avons cru devoir lui consacrer encore un effort, fut-il insuffisant. C’est pourquoi nous avons essayé de rassembler les éléments qui ont survécu de l’original sur quelques bouts de papier ou dans notre mémoire. Nous avons, croyons-nous, sauvé l’essentiel : le souci d’une méthode analytique dans l’étude du phénomène coranique. Pratiquement, cette méthode voudrait embrasser un objet double : procurer d’une part,aux jeunes musulmans algériens une occasion de méditer la religion et suggérer, d’autre part, une réforme opportune dans l’esprit de l’exégèse classique. Il faut se rendre compte, en effet, qu’en Algérie, comme dans tous les pays arabes, l’évolution culturelle passe par une phase critique : « la renaissance musulmane » reçoit toutes ses idées techniques de la culture occidentale notamment et surtout, par la voie de l’Égypte évoluée. Ces idées techniques n’embrassent pas seulement les choses de la vie matérielle nouvelle à laquelle s’adapte , de plus en plus, le jeune Musulman : elles concernent aussi, d’une manière moins perceptible, il est vrai, les choses de l’esprit, de l’âme, de la vie spirituelle en un mot. En effet, bien qu’on puisse s’en étonner, beaucoup de jeunes musulmans lettrés puisent aujourd’hui, leur édification religieuse et parfois leur impulsion spirituelle même à travers les écrits de spécialistes européens. Les nombreuses études islamiques qui paraissent en Europe sous la plume d’éminents orientalistes, sont un fait indéniable. Mais, imagine-t-on la place capitale que ce fait occupe dans le mouvement des idées modernes des pays musulmans ?

 


Vous aimerez aussi...