Zidane Meriboute: une nouvelle vie du Prophète

Des révélations sur le Prophète par une source authentique, traduite de l’arabe pour la première fois…

 

Zidane Meriboute, Une nouvelle "Vie" du prophète Muhammad, Erick Bonnier, 192 pages, 2012.
Le parcours du chercheur et l’approche du monde musulman – vidéo

Présentation du livre par l’auteur – vidéo

Les sources de cette nouvelle biographie: Ibn Saad via Al Kawthari

Présentation de l’éditeur

Revue de presse

 

 

 

 

 

 

Zidane Meriboute, chercheur à la London School of Oriental and African Studies (SOAS)

Présentation de la nouvelle biographie (selon Ibn Saad) du Prophète

______________________________________

Ibn Saad, Al Tabaqat Al Kubra, Table

Préface de Cheikh Al Kawthari au livre d’Ibn Saad, Al Tabaqat Al Kubra

______________________________________

Présentation de l’éditeur

Zidane Meriboute, Une nouvelle "Vie" du prophète Muhammad, Erick Bonnier, 192 pages, 2012.Zidane Meriboute, Une nouvelle « Vie » du prophète Muhammad, Erick Bonnier, 192 pages, 2012.

Ce livre est unique en son genre dans la mesure où il met en lumière une version de l’ouvrage rare d’Ibn Sa’d (mort en 843 et disciple d’Al-Wakidi), éditée en 1939, en arabe par le cheikh Muhammad Zahid ibn Hasan al-Kawtharî (1879-1951), dernier jurisconsulte du califat ottoman supprimé par Atatürk en 1924.

Cette sîra du Prophète n’a rien perdu de son actualité, car elle a établi les options et les règles fondamentales qui commandent le comportement des musulmans d’hier et d’aujourd’hui. En d’autres termes, les musulmans se sont toujours inspirés de la sîra pour calquer, parfois inconsciemment, leurs idées et leurs pratiques de vie quotidienne sur celles du prophète Muhammad.

Un élément particulièrement intéressant concerne le mode de vie qui avait cours alors et qui décrit notamment la répartition des tâches entre l’homme et la femme. En effet, il est dit dans la sîra d’Ibn Sa’d que le Prophète, dans sa vie quotidienne, participait aux tâches domestiques, affirmation qui mérite, selon Zidane Meriboute, d’être rappelée au monde islamique actuel.

En somme, une lecture attentive de la sîra d’Ibn Sa’d, donne un nouvel éclairage sur la vie de Muhammad et montre que son enseignement n’est ni exotique, ni désuet, mais revêt de nos jours une grande actualité.

Zidane Meriboute est docteur en droit de l’Université de Genève (Suisse). Il est l’auteur de La fracture islamique : demain le soufisme ?, publié aux éditions Fayard en 2004, pour lequel il a obtenu la Mention spéciale du Jury du prix Spiritualités d’Aujourd’hui en 2005 et de Islamisme, Soufisme, Evangélisme : la guerre ou la paix, publié aux éditions Labor et Fides en 2010.

En collaboration avec Toufik Meribout, auteur de trois recueils de poésie en arabe, publiés en 2007 aux éditions Dar el-Mamoun à Genève.

______________________________________

Revue de presse

Féministe comme Mahomet

Tribune de Genève, Andrés Allemand, 14 décembre 2012

Zidane Meriboute

Zidane Meriboute n’en revient toujours pas. C’est à la BPU, la Bibliothèque publique universitaire de Genève, qu’il a trouvé par accident ce trésor : le document juridique authentifiant une biographie oubliée de Mahomet qui bouscule certaines idées reçues dans le monde musulman. Par exemple sur le traitement que le Prophète réservait aux femmes. Mais aussi sur ses relations avec son gendre Ali, dont se réclame l’islam chiite. Ou encore sur les ruses de sa femme Kadidja pour obtenir de son père le droit de se marier.

Autant de raisons qui ont poussé ce Suisse d’origine algérienne à réaliser la toute première traduction de cette étonnante «sîra» (vie du Prophète). Publiée en français aux Editions Erick Bonnier, elle est disponible depuis le 30 novembre.

«On dit généralement qu’il n’y a pas de féminisme en islam. Or, dans la sîra rédigée par Ibn Sa’d, on découvre un Mahomet qui met un point d’honneur à partager toutes les tâches domestiques, un homme qui considère qu’il n’y a pas de différence substantielle entre sa femme et lui. C’est révolutionnaire pour l’époque !» s’enthousiasme Zidane Meriboute. Sans nier que le Coran établit une inégalité juridique entre les deux sexes, le chercheur de Céligny revendique le droit à une mise en contexte: «Mahomet tentait d’imposer des règles à une société tribale extrêmement dure, qui tuait les filles à la naissance. Pour ne pas avoir une bouche de plus à nourrir, on les enterrait vivantes !

Le Coran, qui définit les principes de l’islam, leur a donné certains droits. Mais dans sa vie, le Prophète semble être allé beaucoup plus loin, estimant que les femmes doivent avoir les mêmes droits, si l’on en croit le biographe Ibn Sa’d. C’est d’une importance extrême, puisque 1,5 milliard de musulmans sont incités à calquer leur comportement sur la vie de Mahomet !»

Le droit et les religions
Serait-ce un révisionniste, ce Zidane Meriboute? Un farfelu, ce musulman de Suisse? Pas vraiment. Docteur en droit et en relations internationales à l’Université de Genève, il est actuellement chercheur à la très respectable School of Oriental and African Studies, la SOAS de Londres. Jadis délégué du CICR à Téhéran puis à Bagdad, il fut aussi le chef de la mission permanente du CICR auprès de l’Union africaine, à Addis-Abeba.
Plus près de nous, il est membre du pool de formation des professeurs des Collèges à Genève. Et il a publié « La fracture islamique » aux Editions Fayard et « Islamisme, soufisme, évangélisme : la guerre ou la paix » chez Labor et Fides.

L’erreur des fondamentalistes
«Je ne cherche pas à réformer l’islam, mais à montrer que le radicalisme est une erreur d’interprétation. On nous dit que le Prophète avait de nombreuses épouses. C’est vrai, l’époque voulait cela. Mais Mahomet s’est démarqué des traditions. Longtemps, il n’a eu qu’une seule femme. Les mariages suivants étaient des alliances stratégiques contractées dans le but d’étendre les conquêtes territoriales. En fait il recommandait souvent de s’en tenir à une seule épouse. »
La sîra d’Ibn Sa’d, explique Zidane Meriboute, a le mérite de recueillir différentes versions de la vie de Mahomet, alors que les biographies actuelles du Prophète sont toutes basées sur la sîra d’Ibn Hicham, qui n’avait gardé qu’une version unique, sans doute celle qui arrangeait le mieux les califes de l’époque. «Ainsi, par exemple, Ibn Sa’d ne cache pas qu’il y a plusieurs récits de la mort de Mahomet. On ne sait donc pas s’il a rendu son dernier souffle dans les bras d’Aïcha (comme on le croit dans lemonde sunnite) ou dans ceux de son gendre Ali… que vénèrent les musulmans chiites !» Voilà qui devrait inciter à moins de haine entre ces deux confessions de l’islam.

Zidane Meriboute espère remettre à l’honneur cette sîra d’Ibn Sa’d, qui fut donc authentifiée par Al-Kawthari, le jurisconsulte du tout dernier califat (supprimé par Atatürk en 1924). Un document que les orientalistes fortunés de Genève ont semble-t-il acquis dans les années 1920 ou 1930. Et qui a fini, oublié, à la BPU.

 

Zidane Meriboute, biographie expresse

1950: naissance en Kabylie, Algérie
1972: études aux universités de Constantine, Genève puis Strasbourg
1981: docteur en droit et en relations internationales à l’IUHEI, Genève
1990: délégué du CICR à Téhéran puis à Bagdad chef de mission permanente auprès de l’union africaine à Addis-Abeba
2002: chercheur à la SOAS de Londres
2004: « La fracture islamique » chez Fayard
2010: « Islamisme, soufisme, évangélisme: la guerre ou la paix »  chez Labor et Fidès
2012: « Une nouvelle vie du prophète Muhammad », Eric Bonnier éditeur, Encre d’Orient

 

 

Une biographie au-dessus de tout soupçon

Le Matin, Algérie, Salah Gemriche, 24 mai 2013

Depuis une décennie, on ne compte plus les biographies consacrées au prophète de l’Islam, à travers le monde. La plupart ne sont en fait que des compilations de compilations. Avec, tout juste, quelques variantes dans le genre (académique, littéraliste, exégétique), sinon dans la traduction. Ainsi, en est-il du Coran : chaque nouveau traducteur reprend les versions de ses prédécesseurs, à côté de la version arabe, et tout son travail consiste tout bonnement à en changer telle formulation ou telle tournure syntaxique. Il suffit pour cela de maîtriser à la fois la langue source et la langue cible, et le tour est joué. Aussi, est-on en droit de se demander pourquoi les éditeurs s’évertuent-ils à nous proposer bon an mal an leur version «inédite» là où une version «revue et corrigée» suffirait…

Concernant la sira (biographie) du prophète, une version se distinguera d’une autre selon l’importance accordée par le biographe à la Sunna et aux Hadiths – lesquels, on le sait, restent sujets à caution… La version de la vie du prophète que nous livre Zidane Mériboute a au moins un mérite, déterminant : elle exploite une « source authentique accessible uniquement an langue arabe », datant du IXe siècle, dont l’auteur est Ibn Sa’d el Baghdadi (785-845). C’est dire que cette biographie est la première, contemporaine, à puiser au plus près de la source. Si l’on ajoute que l’historien Ibn Sa’d était réputé pour son érudition et sa fiabilité, on comprendra en quoi Zidane Mériboute se distingue de ses prédécesseurs. Qui plus est, l’homme, consultant auprès d’organisations internationales (à Genève, et au CICR à Londres), connu pour ses ouvrages sur l’islam et le soufisme, a le souci de la contextualisation, pour la meilleure compréhension des faits et gestes du prophète. Une «vie» que le lecteur suit sans risque de se perdre dans les digressions essentialistes propres à ces biographies orientées que la tourmente islamophobe, nourrie des forfaits intégristes, place parmi les succès de librairie…

Contrairement aux biographies antérieures, affirme l’auteur, «la version arabe de la Sira d’Ibn Sa’d, bien que largement répandue dans certaines écoles théologiques islamiques, n’a jamais été traduite en français ni, dans son intégralité, en anglais, et encore moins dans une autre langue européenne.». Le seul traducteur à s’être penché sérieusement sur l’œuvre d’Ibn Sa’d (Kitab al-Tabaqât al-Kubrâ) est un orientaliste allemand, Eduard Sachau (1845-1930). Mais il n’avait traduit en fait que l’index thématique (accompagné de ses propres commentaires) des huit ou neuf volumes (selon l’édition). C’est en faisant cette découverte que Zidane Mériboute fut convaincu de l’intérêt à porter à la connaissance des francophones la version restée jusque-là inédite dans la langue de… Voltaire.

Qu’apporte donc de nouveau, pour les non-arabophones, cette «nouvelle» Vie du prophète ? D’abord, un éclairage sur une genèse. Celle des Hachémites, dont l’ancêtre, Hachim, l’arrière-grand-père du prophète, gagna sa notoriété par une action qui n’est pas sans rappeler, symboliquement, le miracle christique de la «multiplication des pains». Sauf que, là, il ne s’agit pas d’un miracle mais d’un fait. Une histoire de sécheresse et de famine, qui frappa la Mecque et sa région. Alors que le grand Omeyya, le cousin de Hachim, se contentait de s’enfermer avec sa famille dans sa propriété «gorgée de victuailles», celui-ci décida de se rendre à Damas. Une initiative qu’Ibn Sa’d rapporte en ces termes : «Il se procura une grande quantité de pain cuit et la transporta à dos de chameaux jusqu’à la Mecque. A son retour, les Mecquois, ébahis, le regardaient déballer le pain du dos des méharis pour le broyer en morceaux, le piler et le mettre à tremper dans de la soupe. Ensuite, (il) sacrifia ses chameaux et répartit leur viande tendre dans de grandes écuelles de bois auxquelles il ajouta la soupe au pain qu’il distribua à la foule, médusée devant son geste généreux. Par son action spontanée, toute une population famélique et éprouvée par une insoutenable sécheresse fut enfin rassasiée.». Cette histoire passerait pour une simple anecdote si elle n’était pas à l’origine de l’immense notoriété des Hachémites, et ce, malgré la guerre que la bourgeoise mecquoise allait déclarer à l’arrière-petit-fils, Muhammad, l’empêcheur de commercer en rond. En rond autour de la Kaâba…

Toujours est-il que cette «multiplication des pains», version mecquoise, engendra sa propre légende, celle qui valut justement à l’arrière-grand-père du prophète le surnom de hachim : «celui qui rompt le pain» (pour l’auteur : «l’émietteur de pain»). Et voilà comment une dynastie appelée à bouleverser l’état du monde tira son nom d’une simple histoire d’«ingérence humanitaire», avant l’heure !

Evidemment, ceci n’est pas l’essentiel de cette biographie. Où l’on apprend que, contrairement à ce que dit la Bible, le «fruit défendu» qui tentèrent Adam et Eve ne fut pas une pomme mais «du raisin de la vigne sacrée» : «l’arbre de la discorde fut une vigne et ses fruits continuent à séduire toute sa descendance» ! Et de fait, la descendance ne s’en privera pas, jusqu’à nos jours !… Déjà, pour arracher à son père le consentement à son mariage avec le futur prophète et néanmoins son employé, Khadidja le fit boire jusqu’à lui faire perdre la raison : «Ensuite, un festin de noce fut organisé pour les convives, qui écoutèrent de la musique et regardèrent avec plaisir danser les ravissantes domestiques de Khadidja au son des timbales. C’est d’ailleurs sur ces faits de la sira que certains musulmans se basent pour affirmer que la musique et la danse sont tolérées en islam…» Les intégristes apprécieront. Comme ils apprécieront sûrement d’apprendre que, selon le témoignage même de Aïcha, l’épouse préférée de leur prophète, celui-ci «participe aux travaux ménagers» et «souvent, il recoud ses vêtements et répare ses chaussures» !…

Et puis, pour ajouter à la nouveauté, on nous apprend que, sans contester la thèse biblique de la création du monde en six jours, l’islam nie l’idée que Dieu ait pris du repos au septième : à cette idée, l’islam «substitue la notion de veille», plus cohérente que celle du repos, après tout : «Cette veille, nous rappelle l’auteur, revêt l’aspect d’une prière collective obligatoire entre musulmans, et ce jour est le vendredi.».

Cela dit, que l’on n’aille pas penser que ce que je signale ici comme anecdotes représentent l’essentiel de l’ouvrage. Le lecteur trouvera tout ce que les autres biographies ont rapporté : la révélation, dans la grotte de Hira et les apparitions de l’ange Gabriel ; le trouble partagé avec Khadidja ; le «voyage nocturne» ; la désignation des douze apôtres ; les épouses du prophète ; le conflit avec la bourgeoisie commerçante de la Mecque et l’exil à Médine ; le changement de la qibla et le conflit avec les tribus juives ; les différentes expéditions guerrières et la (re)conquête de la Mecque ; la mort du prophète, et les premières années de l’expansion de l’islam…

Clairement structurée, avec mise en perspective et un souci didactique, cette nouvelle biographie, enrichie de précieuses annexes («éclairages» sur la Sunna, les hadiths, les quatre grandes écoles sunnites, le chiisme, le soufisme), intéressera autant les profanes que les initiés, les laïcs que les religieux. Une «vie» sans parti pris ni mystification : une biographie au-dessus de tout soupçon, en somme.

Salah Guemriche


Vous aimerez aussi...