Du Coran à la philosophie, par Jacques Langhade

DU CORAN À LA PHILOSOPHIE La langue arabe et la formation du vocabulaire philosophique de Farabi Jacques LanghadeJacques Langhade, Du Coran à la philosophie. La langue arabe et la formation du vocabulaire philosophique de Farabi, Damas, Presses de l’Ifpo, 1994.

C’est un long cheminement qui a conduit la langue arabe de ses débuts à une expression philosophique. À partir du premier monument littéraire qui nous soit parvenu, le Coran, l’évolution a progressivement ajouté, à une langue et à une production très marquées par l’oralité, les caractères propres à l’écriture. À travers l’étude de la langue du Coran et du ḥadīṯ, à travers les disciplines religieuses comme le kalāmou le fiqh, à travers certaines formes littéraires, se sont longtemps manifestés les caractères de l’oralité. Tandis qu’avec les sciences et plus particulièrement la philosophie, les traits caractéristiques de l’écrit vont se trouver affirmés. C’est ce que cherchera à établir la seconde partie de ce travail en analysant ce que nous apporte l’œuvre de Farabi (870-950) dans sa réflexion sur le langage. Héritier des générations qui l’ont précédé, Farabi l’est aussi des grands penseurs de l’Antiquité grecque, et plus particulièrement de Platon et Aristote. Mais il réalisera une synthèse originale et posera une problématique qui lui est propre pour aborder, dans son Kitāb al-ḥurūf(Le livre des lettres), les questions de la naissance du langage et des sciences. Il en ressort un recours et un rapport au langage qui sont tout à fait différents de ceux de ses contemporains. Avec Farabi, la langue philosophique arabe est née, et cette langue a quitté le terrain de l’oralité pour celui de l’écrit.

 


Vous aimerez aussi...