Le Livre de l’éternité (Djavid-Nama), par Mohammed Iqbal

81SvTqfxikL._SL1500_Mohammed Iqbal, Le livre de l’éternité (Djâvîd-Nâma), traduction de Eva Meyerovitch et Mohammad Mokkri, Albin Michel, 1962. 

Le Livre de l’eternité dont nous présentons la première traduction française, a été dédié par Mohammed Iqbal à son fils Djâvîd. Le nom de ce dernier signifie, en persan, « éternel ». Il existe donc une sorte de jeu de mots dans le titre même. Mais il s’agit en fait d’un voyage céleste, dans l’« Éternité retrouvée ». C’est donc à bon droit, croyons-nous, que nous avons gardé cette dénomination à ce long poème qu’on a appelé la « Divine Comédie » de L’Islam.

Mohammed Iqbal, poète national du Pakistan, chef spirituel de plusieurs dizaines de millions d’hommes, juriste, philosophe, essayiste, est sans conteste l’un des penseurs de notre temps dont le rayonnement ne cesse de s’accroître. Son génie s’est exercé dans les domaines les plus divers ; il écrivait avec un égal bonheur en ourdou, anglais et persan.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
RB (4 octobre 2015). Le Livre de l’éternité (Djavid-Nama), par Mohammed Iqbal. Iqbal إقبال. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qeuh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search