Chronique sur les femmes savantes en islam, par Mouna Hachim

Mouna_HachimMouna Hachim est une historienne et femme de lettres marocaines. Elle est l’auteur de Chroniques insolites de notre histoire (Maroc, des origines à 1907), Casablanca, Autoédition, 2016, dDictionnaire des noms de famille du Maroc (Casablanca, Autoédition, 2007, nouvelle édition augmentée, Casablanca, Édition Le Fennec, 2011) et du roman Les Enfants de la Chaouia (Casablanca,‎ Autoédition, 2004). Elle est également l’auteur d’une série documentaire pour la chaîne TV Medi 1 sur la «route des origines» (طريق الأصل) autour de ses recherches sur la généalogie et les noms de famille du Maroc.

Texte paru dans les «Chroniques d’hier et d’aujourd’hui« de Mouna Hachim, L’Economiste, Casablanca, 22/03/2011

La célébration de la journée internationale de la Femme est un moment symbolique invitant à la réflexion sur sa condition, remettant au cœur du débat les luttes et les mobilisations, tout en se faisant l’écho des attentes et des réalisations.
Dans un contexte de mutations géopolitiques dans le monde arabe et de sempiternels débats autour de l’Islam dans les sociétés occidentales, il y a comme un air de dissidence qui souffle sur le mouvement féministe.
Alors que de nombreuses lectures patriarcales de l’Islam infériorisent la femme et considèrent le féminisme comme une invention occidentale, voire comme une intrusion coloniale, de l’autre côté est opposé un modèle d’émancipation relativement distancié de la religion, avec quelques positions extrêmes, farouchement anticléricales, soutenant l’incompatibilité de l’Islam et du féminisme et s’érigeant dans leur eurocentrisme, en porteuses de valeurs universelles. Entre ces tendances contradictoires, tente de se faire entendre une troisième mouvance qui propose une lecture féministe des textes religieux et une mobilisation contre le patriarcat à partir de références musulmanes. Ce féminisme islamique englobe ainsi un domaine de recherche sur l’exégèse et un militantisme contre la domination machiste avec des actions concrètes au niveau des politiques sociales.
C’est vers l’histoire que j’ai choisi, dans le cadre de cette chronique, d’orienter le regard, loin des stéréotypes sur les femmes reléguées au stade d’éternelles victimes, si ce n’est de spectatrices silencieuses et dociles matrices recluses dans leur gynécée.
De toutes ces éminentes figures féminines dont les portraits rempliraient des dictionnaires biographiques entiers, il n’est pas sans intérêt de survoler quelques noms représentatifs dans le monde du savoir en commençant par la science du Hadith où les femmes ont joué un rôle déterminant depuis les Sahabiyat (Compagnes du Prophète).
Signifiant littéralement «Paroles», il s’agit de Traditions relatives aux Dits et aux Actes du Messager de l’islam, rapportés dans des recueils et formant la Sunna, principale source législative de l’islam avec le Coran.
L’épouse du Prophète Aïcha, occupa ainsi un rang particulier par sa transmission d’un grand nombre de Hadiths, consignés dans le recueil Sahih d’Al-Boukhari et comme l’une des interprètes, consultée sur différentes questions notamment d’ordre juridique.
Le long des siècles, d’innombrables femmes s’imposèrent comme spécialistes du Hadith (Mouhadditha), enseignantes expertes (Chouyoukh) ou Mouftiya consultées par des étudiants dans les plus grandes mosquées et complexes pluridisciplinaires, riches de leurs bibliothèque, medersas et institutions d’éducation publique.
Il est évidemment impossible d’énumérer toutes ces femmes quand on sait que pour le seul IXe siècle de l’Hégire (XVe s.), plus de mille d’entre elles furent recensées dans le livre de l’historien Al-Sakhawy intitulé «Le rayon doré de l’élite du neuvième siècle».
Contentons-nous de mentionner, toutes époques confondues, la pieuse et érudite Hafsa, fille de l’exégète Ibn Sirine, morte à Basra vers 92/710. ‘Amra, une des grandes savantes de Médine, versée en jurisprudence, consultée en ce sens par les habitants de la Ville. Sayyida Nafissa, née à La Mecque en 145/762, formée depuis son jeune âge à Médine, établie après son mariage en Egypte où elle fut adulée et eut plusieurs disciples dont des sommités religieuses de la stature de l’Imam Chafiî et Ibn Hanbal.
Comment ne pas évoquer également Zaynab bint Sulayman (m. 142/759) dont le père était gouverneur de Basra, de Omanet du Bahreïn et qui s’illustra pour sa part dans la science du Hadith avec de nombreux élèves. ‘Abida Al-Madaniya, ancienne esclave affranchie, originaire de Médine, installée en Andalousie aux côtés de son époux le traditionaliste d’Espagne Habib issu du clan des Beni Marwane omeyyades. De leur union est né Bishr dont la propre fille Abda s’illustra par son érudition à l’instar de sa famille proche de la cour de Cordoue.
En plus de la Tradition, les femmes se spécialisèrent dans des disciplines diverses comme la grammaire ou la rhétorique avec Aïcha de Damas, la médecine avec Bint Al-Sayigh, professeur à l’Institut Mansouria d’Egypte, la calligraphie avec Shuhda (m. 574/1178) également confirmée comme traditionniste.
Nous ne résistons pas non plus à l’évocation de Karima Al-Marwaziya (m. 463/1070) décrite comme l’autorité de référence de son époque du Recueil d’Al-Boukhari; Fatima bint Mohamed (m. 539/1144) désignée sous le titre de Musnida d’Ispahan; Zaynab Al-Harrâniyah (m. en 688/1289) grande savante de Damas et enseignante d’Ibn Taymiya; Zaynab bint Al-Sha’ri (m. 615/1218) qui enseigna le Hadith au célèbre biographe Ibn Khallikan…
De doctes théologiens et brillants esprits s’instruisaient en effet tout naturellement auprès de femmes comme l’Imam Ibn Hajr, formé avec cinquante de ses condisciples à l’école de Aïcha Al-Hanbaliya et celle de Zaineb; l’exégète Soyouti, avec comme professeur en matière de jurisprudence chafiite, Hajar bint Mohamed; l’historien Ibn ‘Asaker qui aurait été initié auprès de 1.200 savants et 80 savantes. De même que ‘Asqalani, Zamakhchary ou Ibn Hazm, lequel rapportant son expérience auprès des femmes affirme qu’elles lui ont appris le Coran, la poésie et l’écriture…
En plus de la Tradition, les femmes se spécialisèrent dans des disciplines diverses comme la grammaire ou la rhétorique avec Aïcha de Damas, la médecine avec Bint Al-Sayigh, professeur à l’Institut Mansouria d’Egypte, la calligraphie avec Shuhda (m. 574/1178) également confirmée comme traditionniste. Dans son ouvrage, «Al-Moâjab fi talkhis akhbar al-Maghrib» l’historien Al-Mourrakouchi démembre cent soixante-dix femmes calligraphes dans un seul quartier de Courdoue. Que dire des belles lettres avec Aïcha Al-Bahouniya, auteur d’ouvrages littéraires et juridiques, ainsi que des salons littéraires depuis celui de Soukayna, petite-fille de Ali en Arabie, en passant par Bagdad en compagnie d’Al-Fadl jusqu’à Grenade avec les salons de Wallada et de Nazhoun qui défiaient poétiquement leurs condisciples masculins.
Ajoutons à ces femmes, les édificatrices de mosquées et d’universités (à commencer par la Qaraouiyine à Fès par Fatima Al-Fihriya en 245/863), de même que les fondatrices d’hôpitaux, de ponts, des routes… ; ces mystiques, ces combattantes, ces femmes de commandement à l’instar de Chajarat Al-Dorr couronnée au Caire, de Radia, reine de Delhi ou d’Al-Horra reine de Tétouan…
Bref, un épanouissement du génie féminin qui est le reflet des libertés sociales et du rayonnement d’une civilisation, en butte aujourd’hui aussi bien aux tentatives de standardisation qu’aux visions misogynes et inégalitaires.
Dans ce contexte, il est temps que la femme se saisisse pleinement de son histoire et de son destin et qu’elle retrouve la place qui est la sienne, en privilégiant le domaine du savoir, garant par excellence de son émancipation de toutes les formes des diktats.

Mouna Hachim


Vous aimerez aussi...