Violence et religion en Afrique. Colloque international Yves Oltramare, Genève, 5-6 décembre 2016

L’ampleur de la mobilisation religieuse en Afrique, tant dans son versant chrétien que dans sa dimension islamique, est patente. Mais l’évidence de ce fait conduit souvent à de fausses évidences quant au rapport du religieux au politique, et notamment à la violence politique. L’analyse des différentes situations conflictuelles qui impliquent la dimension religieuse suggère que les acteurs politiques passent à la violence moins du fait de leur relation intrinsèque à leur foi que dans le cadre d’une combinatoire religieuse qui oppose les fondamentalismes chrétiens, notamment le pentecôtisme, et les fondamentalismes islamiques, en particulier le salafisme. Les fondamentalismes opèrent alors comme des « ennemis complémentaires » (Germaine Tillion), qui se nourrissent et se radicalisent mutuellement.

Une meilleure compréhension de la violence d’expression religieuse en Afrique suppose que l’on prenne mieux en considération sa sociologie et son économie politique, en tenant compte des contextes historiques dans lesquelles elle s’inscrit, et que l’on retienne comme objet non la religion, mais les mouvements armés religieux ou les mobilisations violentes d’orientation religieuse.

La chaire Yves OltramareReligion et politique dans le monde contemporain, dirigée par le professeur Jean-François Bayart, a pour mission d’apporter une contribution scientifique majeure à l’analyse de l’impact des rapports entre religion et politique sur l’évolution des sociétés et du système international.

Programme et biographies des intervenants


Vous aimerez aussi...