Séville musulmane au début du XIIe siècle

Évariste Lévi-Provençal, Séville musulmane au début du XIIe siècle. Le traité d’Ibn ‘Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers, Traduit avec une introduction et des notes (1947), Maisonneuve & Larose, Paris, 2001.

Tout étudiant, tout chercheur ayant eu à travailler sur l’histoire d’al-Andalus, a lu et admiré l’œuvre historique d’Évariste Lévi-Provençal, en particulier son Histoire de l’Espagne musulmane. À ce magistral tableau, le grand historien d’al-Andalus a ajouté un éclairage tout aussi remarquable par la quantité de sources découvertes, éditées puis traduites. Comme il le souligne dans son introduction, le traité de police des marchés d’Ibn ‘Abdûn demeure un document extrêmement précieux à plus d’un titre. En effet, si ce traité s’inscrit dans une longue tradition d’un genre juridique qui apparut d’abord en Orient, il se distingue à de nombreux titres des autres traités de hisba, par des ajouts et par des prises de position très engagées, donnant ainsi son point de vue sur une société troublée par les crises internes et la conquête chrétienne. C’est là tout l’intérêt de l’ouvrage souligné par Évariste Lévi-Provençal. Déjà largement exploité par les historiens d’al-Andalus, en particulier dans le magistral El señor del zoco en España de Pedro Chalmeta (1973), ce document exceptionnel demeure un outil indispensable pour toute étude sur la société d’al-Andalus. Dans le cadre d’une abondante littérature juridique qui pallie en partie l’absence d’archives, la réédition de la Séville musulmane au début du XIIe siècle, sera une redécouverte pour certains lecteurs, un outil de travail très précieux pour d’autres, attentifs à l’histoire de la société d’al-Andalus.


Vous aimerez aussi...