Pages d’Islam: Les Cahiers rouges – nouvelles, par Isabelle Eberhardt

Isabelle Eberhardt, Pages d’Islam: Les Cahiers rouges – nouvelles, Grasset, 2018.

Paru pour la première fois en 1932 aux éditions Fasquelle, Pages d’islam réunit vingt nouvelles d’Isabelle Eberhardt. Inspirées de ses séjours au Maroc, en Tunisie et en Algérie, elles forment le portrait d’un Maghreb méconnu et d’une population arabe dont la culture est la dernière arme pour résister à l’oppression coloniale.
Loin des stéréotypes français, l’écrivain crée des personnages marginaux et mystérieux  : sorciers guérisseurs, sorcières voleuses de cadavre, mages aux pouvoirs surnaturels, fellahs mafieux… Au-delà de son charme puissant, ce livre est l’éloge d’un peuple qu’Isabelle Eberhardt tenait pour son égal. La religion musulmane, dont elle s’était faite la défenderesse, est décrite à travers des rites familiaux et inoffensifs, loin de sa réputation de violence.
Au-delà de l’aspect documentaire et politique, Pages d’islam est une œuvre littéraire où la féérie le dispute au fantastique. Et le lecteur de retrouver la femme dont Edmonde Charles-Roux, sa biographe, disait qu’elle était «  l’incarnation de la grâce et de la volonté  ».

Isabelle Eberhardt (1877-1904) grandit en Suisse avant d’émigrer en Algérie française, où elle est morte. Mariée à un Algérien, elle se convertit à l’islam et partage la vie des autochtones. Elle a été l’amie de Lyautey et a connu Rimbaud. Elle est l’auteur de nombreux livres posthumes, parmi lesquels le fameux Au pays des sables (1925).

 


Vous aimerez aussi...