L’Islam, politique et croyance, par Maxime Rodinson

Maxime Rodinson, L’Islam, politique et croyance, Fayard, 1993.

La vie du monde qui professe la religion musulmane ne peut pas s’expliquer entièrement, loin de là, par la doctrine musulmane. Je me refuse à considérer l’Islam comme une totalité conceptuelle, un système d’idées, de pratiques, qui serait le noyau de tous les comportements, publics et privés. C’est pour cela que j’aime mieux parler des musulmans que de l’Islam, quoique j’accorde également un grand intérêt, sur un autre plan, à la doctrine, à la foi et aux rituels qui leur sont liés.

Cette série d’articles s’inspire de ces idées générales pour essayer de démontrer les mécanismes des rapports entre la doctrine de l’Islam et le comportement, les structures politiques, sociales, culturelles de ce qu’on appelle le monde musulman. Mais la  » doctrine musulmane  » elle-même est rarement conforme en tous points à l’Islam de départ. Je ne me borne donc pas à une période particulière de l’histoire musulmane.
Certains articles traitent de la structure de l’ensemble des sociétés musulmanes, depuis les origines jusqu’à nos jours. D’autres traitent plus particulièrement des sociétés musulmanes contemporaines.  »
M.R.


Vous aimerez aussi...