Penser le Coran, par Mahmoud Hussein

Mahmoud Hussein, Penser le Coran, Grasset, 2009.

Contrairement à ce que croit nombre de musulmans, la « Parole de Dieu » contenue dans le Coran n’a pas été livrée en une fois – comme les Tables de la Loi – mais étalée sur 22 années, entre 610 et 632 de l’ère chrétienne. Ses 6236 versets ont ensuite été rassemblés en un seul volume, dans un ordonnancement inexpliqué, qui ne tient compte ni de la chronologie, ni des contextes changeants de leur révélation. Ce qui rend le texte au départ assez impénétrable. C’est notamment à la faveur de cette difficulté de lecture, que s’est imposé le point de vue, aujourd’hui dominant, selon lequel il est moins important de comprendre la Parole de Dieu que de la réciter et de s’en imprégner. Chaque mot y est, de toute façon, à prendre sans recul, au pied de la lettre, partout et toujours. C’est l’a priori « littéraliste », qui conduit certains jusqu’à l’intégrisme, tandis que d’autres sont déchirés entre leur fidélité à la Parole de Dieu et la conscience qu’ils ont de ne pouvoir adhérer à des prescriptions coraniques historiquement connotées. Penser le Coran, écrit dans un langage clair, accessible à tous, livre des clés de lecture qui permettent à chacun de s’initier au texte – en y trouvant des données essentielles jusqu’ici largement occultées. Il propose un lumineux parcours du Coran, jalonné de plusieurs centaines de versets, replacés dans les circonstances historiques où ils ont été révélés au Prophète de l’islam. Au terme de ce parcours, le lecteur est amené à reconnaître cette évidence – que le Coran se présente, dans son contenu comme dans sa forme, comme un dialogue entre Ciel et Terre, situé dans un espace et un temps donnés.

Mahmoud Hussein est le pseudonyme commun de Bahgat El Nadi et Adel Rifaat. Ils ont déjà publié chez Grasset : Al-Sîra, le Prophète de l’islam raconté par ses compagnons (2 volumes, 2005 et 2007), Penser le Coran (2009) et Ce que le Coran ne dit pas ( 2013).

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...