Comprendre le Coran. Introduction à la méthode d’analyse littérale, par Dr. al Ajamî

Comprendre le Coran. Introduction à la méthode d’analyse littérale
Dr Moreno al Ajamî, médecin et théologien, Docteur en islamologie de l’université de Strasbourg
Entretien mené par Réda Benkirane, Atelier de recherche Iqbal
Vidéoconférence, 26 août 2020

Dr. Moreno al Ajamî, théologien et spécialiste de l’exégèse du Coran, il a consacré l’essentiel de ses travaux à l’établissement d’un sens littéral non-herméneutique du Coran. Il est l’auteur de Que dit vraiment le Coran, nouvelle édition réactualisée, Paris, éditions Erick Bonnier, 2020. L’ensemble de ses recherches est publié sur son site www.alajami.fr

Sommaire / Glossaire

 

Sommaire
00:00 • Introduction
01:32 • Conversion à l’islam et questionnement sur le sens du Coran
05:00 • Vingt années d’études et de formation
06:13 • Vingt années de recherche
10:25 • A la poursuite du sens littéral
13:15 • Ce qu’on fait dire au Coran / Ce que dit le Coran
17:28 • Qui sont les réprouvés et les égarés de la sourate 1, Al Fatiha?
24:20 • La méthode d’analyse littérale – Cinq postulats déterminant le sens littéral
29:00 • La méthode d’analyse littérale – Cinq phases analytiques
30:37 • Approche algorithmique et non-interprétative
32:15 • Cohérence coranique: cas d’un verset explicite mais « oublié », sourate Les femmes 4, 124
38:40 • Analyse littérale d’un segment de verset, sourate La table 5, 3
48:30 • L’interprétation a paradoxalement protégé le Coran de l’altération textuelle
50:05 • Poursuite de l’analyse littérale du segment de verset, sourate La table 5, 3
1:03:19 • Au sujet du site « Que dit vraiment le Coran » de Dr. al Ajamî
1:14:42 • Le Coran dans sa globalité: foi monothéiste et éthique
1:21:56 • Le Coran, inclination au mode d’emploi, fixité et obsolescence
1:28:31 • Couper les mains du voleur et de la voleuse (sourate La table 5, 38) ?
1:36:42 • Des versets clairs et d’autres ambigus (sourate La famille d’Imran 3, 7)?
1:49:18 • L’interprétation première (ta’wil) et l’enracinement du sens

Glossaire

Al–a‘mâl aṣ–ṣâliḥât : les œuvres vertueuses.

Al–fitna al–kubrâ : la grande discorde. Guerre civile entre musulmans de 655 à 661 au sujet de la légitimité du pouvoir califal. Ce conflit instrumentalisera le religieux et est ainsi à l’origine de la scission entre sunnites, kharidjites et chiites pour ne citer que les principaux. Dès lors, la théologie islamique sera durablement marquée par le politique et le pouvoir.

Ali : ‘Alî ibn abû Ṭâlib, cousin et gendre du prophète Muhammad. Considéré par la Tradition chiite comme l’interprète ésotérique du Coran.

Auto-référentialité : le fait que le Coran fasse référence à lui-même, s’auto-définisse, fournisse des explications sur sa nature, sa forme, son contenu, ses objectifs.

Buniya al–islâm ‘alâ khamsa : l’Islam est bâti sur cinq (piliers). Construction non coranique.

Dalla : s’égarer ; aḍalla : laisser s’égarer ; aḍ–ḍâllîn : ceux qui s’égarent.

Dîn : 95 occurrences coraniques. Selon l’analyse littérale, l’on retrouve en fonction du contexte15 significations pour dîn dans le Coran : Foi ontologique ; foi personnelle ; voie ; Voie ; rétribution ; croyance ; culte ; rituel ; tradition ; coutume ; obéissance ; sentence ; jugement ; Jugement ; usage. En aucune occurrence coranique le terme dîn signifie religion, le Coran emploie pour cela le terme milllah.

Extratextualité : interprétation du Coran à partir de sources exégétiques extérieures au Coran : Sîra [biographie du Prophète] ; les corpus de hadîths ; les pseudo circonstances de révélation ; le corpus juridico-canonique ;  le corpus biblique ;  le corpus islamologique.

Ghaḍab : signifie colère ou réprobation. S’agissant de Dieu ne peut signifier que réprobation.

Hadîth : propos attribué au Prophète et censé avoir été rapporté par un de ses compagnons selon une chaine de transmetteurs/isnâd. Ils apparaissent pour la plupart au IIe et au IIIe siècles de l’Hégire.

Hadîth de Gabriel :  très célèbre hadîth où l’Archange Gabriel ayant revêtu forme humaine interroge le Prophète et lui demande : Qu’est-ce que l’Islam ? ; Qu’est-ce que la foi ? ; Qu’est-ce que la perfection ? Les réponses apportées servent à définir l’Islam en tant que religion, ce que le Coran n’a pas fait.

Ḥadîth ṣaḥîḥ : hadîth dont la chaîne de transmission/isnâd est constituée de transmetteurs jugés parfaitement fiables. Le propos ou le fait ainsi attribué au Prophète est alors considéré comme authentique. En réalité ce critère de sélection est très souvent partial.

Herméneutique : discipline étudiant les mécanismes cognitifs de compréhension. A aussi pour objet l’analyse des processus à l’œuvre lors de l’interprétation des textes.

Ḥudaybiyya : lieu-dit situé près de La Mecque où le Prophète et ses fidèles venus en l’an 6 de l’Hégire en vue d’un premier pèlerinage furent stoppés par les Qurayshites. Il s’en suivit la signature d’un traité bilatéral de non-agression pour une période de 10 ans ainsi que l’autorisation d’accomplir librement le pèlerinage l’année suivante.

Ibn Abbâs : compagnon et cousin du Prophète Muhammad, la tradition fait de lui le premier et le plus grand exégète du Coran. Il est le prête-nom d’innombrables avis exégétiques.

Ibn Ḥanbal Aḥmad :  traditionaliste [compilateurs de hadîths] du IIIe siècle de l’Hégire. Penseur littéraliste et rigoriste à l’origine de l’École juridique dite hanbalite.

Ibn Kathîr : historiographe et exégète du VIIIe siècle de l’Hégire, élève de Ibn Taymiyya. Son exégèse littéraliste du Coran est basée pour l’essentiel sur des hadîths. Elle est à l’heure actuelle la plus répandue, car elle a été choisie comme référence par les wahhabites qui l’ont traduite en de multiples langues et l’ont largement diffusée.

Ibn Taymiyya : érudit du VIIe siècle de l’Hégire. Une référence de l’École Hanbalite puis du Wahhabisme et du salafisme. Connu pour son intransigeance doctrinaire.

Ijâza : autorisation d’enseigner délivrée par un maître reconnu compétent en la matière. C’est aussi l’institutionnalisation d’un système basé sur le fait d’apprendre sans comprendre. C’est le fondement de l’apprentissage des disciplines islamiques, notamment : mémorisation du Coran, exégèse, théologie, droit.

Intratextualité : détermination du sens littéral du Coran en ne faisant appel qu’aux informations fournies par le Coran lui-même.

Islâm : 8 occurrences coraniques seulement. Selon l’analyse littérale, l’on retrouve en fonction du contexte 3 significations pour islâm dans le Coran : sujétion : remise de soi à Dieu, abandon de son être à Dieu. Le Coran ne désigne jamais la religion dite Islam.

Isnâd : chaîne de transmission ou chaîne des garants. Elle est constituée de la liste des noms des personnes s’étant transmis les uns les autres une information émanant du Prophète.

Lâ ilâha illâ–llâhu :  Point de divinité si ce n’est Dieu. De toi à moi il serait plus juste de dire déité à la place de divinité, mais je rechigne toujours à trop complexifier.

Minbar : estrade ou chaire située dans la mosquée d’où l’imam, le prédicateur ou l’enseignant s’adresse aux fidèles.

Paradigme : ensemble des concepts fondant un type donné d’explications et d’interprétations.

Paradigme coranique : ensemble des concepts et thèmes coraniques mis en évidence en intratextualité par l’analyse littérale. Ceci constitue une grille de compréhension cohérente du Coran et définie par lui-même. S’oppose au paradigme islamique.

Paradigme islamique : système d’interprétations extratextuelles du Coran constituant la grille de lecture du Coran établie par l’Islam en fonction des besoins de son élaboration.

Paraphrase :  énoncé synonyme d’un autre, n’éclaire donc pas réellement la signification.

Phase : Les 5 phases de l’Analyse littérale du Coran : « Méthodologie algorithmique non-herméneutique et non-interprétative d’analyse sémantique intratextuelle, pour la détermination du sens littéral au sein du corpus clos coranique ».

1 – Analyse lexicale

2 – Analyse sémantique

3 – Analyse contextuelle, intratextuelle

4 – Analyse de la convergence et cohérence coranique

5 – Résolution du sens littéral

Postulat : Les 5 postulats coraniques du sens littéral :

La détermination du sens littéral coranique suppose que le Coran réponde à cinq postulats :

1 – Le Coran est explicite/mubîn.  ex. : S12.V1

2 – Le Coran est univoque/lâ rayb et ghayr ‘iwâj.  ex. : S2.V2, S18.V1

3 – Le Coran est cohérent/lâ ikhtilâf fî-hi. ex. : S4.V82.

4 – Le sens du Coran est intemporel/li-l–‘âlamîn. Ex. : S25.V1

5 – Le sens du Coran est universel/kâffatan li-n–nâs. Ex. : S34.V28

Qawl : propos exégétique attribué de manière plus ou moins fictive à des autorités exégétiques des trois premiers siècles de l’Hégire.

Salafisme : une des formes actuelles du wahhabisme, mouvement né en Arabie au 18e siècle. Ces deux courants prônent le retour à un supposé islam des trois premières générations de musulmans, as–salaf, ainsi que l’anathème de tous ceux qui refusent leurs croyances wahhabo-salafistes.  Considéré comme une secte dès l’origine, ce courant littéraliste et rétrograde porté par les pétrodollars et les politiques colonialistes a fini par imposer son interprétation particulière de l’Islam en tant que seule véritable référence islamique.

Sens littéral : le sens que l’auteur entendait signifier en première intention, c.-à-d. toute solution de sens qui ne soit pas une interprétation.

Sens sémique :  désigne l’unité minimale de signification.

Tabari : exégète très célèbre d’origine persane, IVe siècle de l’Hégire, auteur du plus ancien commentaire complet du Coran qui nous est parvenu.

Tafsîr : exégèse du Coran.

Tafsîr al–qur’ân bi-l–qur’ân : explication du Coran par lui-même. Approche intratextuelle, le Coran en tant que corpus clos explique un verset ou passage coranique par un autre verset ou passage.

Tawḥîd : dogme de l’unicité divine et discipline théologique en étudiant les divers aspects.

Ta’wîl : s’agissant du sens des versets, ce terme coranique signifie sens premier. Il ne s’agit de rien d’autre que du sens littéral.

Traduction standard : traduction du Coran en français et en plus de trente langues réalisée sous le patronage de la ligue islamique mondiale saoudienne et ayant pour titre :  Le Saint Coran et la traduction en langue française du sens de ses versets, première édition 1989, sans cesse rééditée depuis. Cette traduction traduit une exégèse standardisée, c.-à-d. le résumé du résumé de l’exégèse de Ibn Kathîr réinterprétée par le wahhabisme.

‘Ulûm ad–dîn : les sciences de la religion ; elles comprennent des disciplines telles que l’étude du dogme, du rituel, du droit moral, du droit juridique, de la théologie.

Ulûm al–qur’ân : les sciences coraniques ; elles comprennent des disciplines telles que l’étude de la langue arabe du Coran, la sémantique, la grammaire et la rhétorique de l’arabe, la structure et la composition du texte coranique, l’étude des commentaires, des causes de révélation des versets, de l’abrogeant et de l’abrogé.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search