Que le terme plaise ou non, il y a bien une islamophobie d’État en France, par Jean-François Bayart

Jean-François Bayart est politiste, spécialisé dans la sociologie historique et la politique comparée. Professeur à l’Institut des Relations internationales et du Développement, Genève, il est l’auteur de L’Etat en Afrique. La politique du ventre (Fayard, 1989, 2006), L’Illusion identitaire (Fayard, 1996), Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation (Fayard, 2004), L’Islam républicain. Ankara, Téhéran, Dakar (Albin Michel, 2010), Les Etudes postcoloniales, un carnaval académique (Karthala, 2010), Sortir du national-libéralisme. Croquis politiques des années 2004-2012 (Karthala, 2012), Le Plan cul. Ethnologie d’une pratique sexuelle (Fayard, 2014) et Les Fondamentalistes de l’identité (Karthala, 2016).

Tribune initialement parue dans Le Monde, 31 octobre 2020

Au lendemain des attentats de 2015, j’avais publié un petit essai, Les Fondamentalistes de l’identité (Karthala, 2016), dans lequel j’exprimais ma crainte de voir la France prise en otage par l’inimitié complémentaire entre salafistes et laïcards.

Nous y voilà. L’effroi, le dégoût et la colère qu’inspirent l’assassinat de Samuel Paty et l’attentat de Nice offrent un effet d’aubaine aux idéologues qui s’arrogent le monopole de l’indignation et de la définition de la République. La dénonciation de l’« islamo-gauchisme » trahit un manque de securitas, cette tranquillité d’esprit que les stoïciens revendiquaient face au danger, et qui est l’antipode de la panique sécuritaire.

Que le terme plaise ou non, il y a bien une islamophobie d’État en France, dès lors qu’un ministre de l’intérieur déclare, à propos des «Auvergnats» bien sûr, que «quand il y en a un, ça va», et que «c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes », au cours d’un quinquennat qui institue un ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale.

Il y a bien une islamophobie d’État lorsque sa police pratique une discrimi­nation certes illégale, mais systémique. à rencontre d’une partie de la jeu­nesse assignée à ses origines supposées musulmanes. Cet État n’est pas «neutre entre les religions», comme le souhaitait l’écrivain Ernest Renan. Il n’a cessé, ces dernières décennies, de valori­ser le christianisme et le judaïsme en développant une laïcité dite « positive » à leur égard, et de vouloir se subor­donner politiquement l’islam pour le contrôler sous prétexte de l’éclairer.

Il y a aussi une islamophobie capitaliste lorsque de grandes chaînes privées font preuve de tant de complaisance à l’égard de chroniqueurs dont la haine de l’islam est le fonds de commerce.

Il n’est pas vrai qu’expliquer est justi­fier. C’est se donner les moyens d’une politique. S’en tenir à l’«islam», c’est souvent oublier d’autres facteurs. Par exemple celui de la guerre : Al-Qaida est née de celles d’Afghanistan contre l’ar­mée soviétique (1979-1992) et de la pre­mière guerre du Golfe (1990-1991); Daech est née de l’occupation améri­caine de l’Irak, en 2003. S’interdire de le savoir, c’est remonter la machine du dieu Mars en ignorant, par exemple, que le djihadisme au Sahel nous parle moins de l’islam que d’une crise agraire. Aucune opération «Barkhane» n’ap­portera de solution à ce problème. La dénonciation de l’« islamo-gauchisme » repose sur une méconnaissance confon­dante de l’histoire. En ce sens, ceux qui le pourfendent sont bien la symétrie idéologique des fondamentalistes musulmans. Les uns s’inventent la Médine du Prophète de leurs rêves, les autres la IIIe République de leur passion. Outre qu’il est amusant de voir invo­quer, pour « protéger les femmes de l’is­lam », une République qui leur a refusé le droit de vote, la conception « intransi­geante» de la laïcité est un contresens. Les Pères fondateurs de la IIIe Républi­que s’en faisaient une idée «transaction­nelle», récusaient l’« intransigeance», voulaient le «consensus», à l’instar de Gambetta. (Re)lisez vos clas­siques, Manuel Valls !

Et notamment la Lettre aux instituteurs (1883) de Jules Ferry, dans le respect que nous devons à Samuel Paty et la répu­gnance que nous inspire son assassin.

«Avant de proposer à vos élèves un pré­cepte, une maxime quelconque, deman­dez-vous s’il se trouve, à votre connais­sance, un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. De­mandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez- vous de le dire », écri­vait le fondateur de l’école publique.

Mais écoutons aussi son contradicteur, non moins républicain, Jules Simon, qui préférait à l’école publi­que l’instruction publique, éventuelle­ment confiée aux familles ou à l’Église: «Nous croyons qu’une école est assez neutre si elle permet à un athée qui s’y trouvera par hasard sur cent élèves croyants, de sortir pendant qu’on explique leur croyance aux quatre-vingt-dix-neuf autres.» Les hommes politiques de la IIIe République avaient une pensée autre­ment plus subtile et profonde que celle de ces fondamentalistes contemporains. La IIIe République était la République des professeurs, et non celle des manageurs.

L’affliction qu’éprouve le professeur que je suis, devant tant d’ignorance, s’ac­compagne d’un sentiment de colère. Co­lère devant l’hypocrisie d’une élite poli­tique qui, soudain, redécouvre l’ensei­gnant et le met au cœur de son dispositif, comme elle l’a fait il y a six mois avec les infirmières, mais n’a cessé depuis quarante ans de malmener fi­nancièrement et idéologiquement l’hô­pital et l’école. Colère devant le viol de la loi du 26 janvier 1984 – qui garantit aux enseignants et aux chercheurs, dans son article 57, «une entière liberté d’expres­sion dans l’exercice de leurs fonctions » – par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, quand il s’en prend aux « ravages» de l’islamo-gauchisme « à l’université ».

Colère encore devant le vote par le Sé­nat, dans la nuit du 28 octobre, d’un amendement au projet de loi de pro­grammation de la recherche (LPR) qui conditionne l’exercice des libertés acadé­miques au « respect des valeurs de la Ré­publique ». Cette dernière notion n’a ja­mais fait l’objet d’une définition juri­dique ou réglementaire. La rendre opposable à l’exercice des libertés acadé­miques reviendrait à subordonner cel­les-ci aux pressions de l’opinion ou du gouvernement. L’amendement contrevient d’ailleurs au principe d’indépen­dance des universitaires, intégré au bloc de constitutionnalité après la décision 93-322 DC rendue par le Conseil constitu­tionnel, le 28 juillet 1993.

La dénonciation de l’islamo-gauchisme n’est que la remise en cause de la li­berté de pensée. Elle révèle la consoli­dation d’un républicano-maccarthysme au cœur même de l’Etat et des médias. Elle signale un mouvement de fond, une sorte d’« apéro pastis » qui, tout comme le mouvement du Tea Party aux Etats- Unis, pave la voie à un avatar hexagonal du trumpisme.

 

 

 

 



Citer ce billet
RB (2020, 3 novembre). Que le terme plaise ou non, il y a bien une islamophobie d’État en France, par Jean-François Bayart. Iqbal إقبال. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qf5i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search