Penser les révolutions arabes. Colloque à l’ENS Lyon 13-15 décembre 2012

Télécharger le programme / Download the programme (PDF)

Ce Colloque international se tiendra deux ans après le début du processus révolutionnaire dans le monde arabe et profitera du recul nécessaire aux chercheurs pour aborder les questions de fond qui agitent cette région depuis un moment. Ces questions tournent autour de la quête d’un nouveau rapport gouvernants/gouvernés, de la réinstallation de l’éthique au coeur de la problématique de la gouvernementalité, et de l’arrivée de l’islamisme au pouvoir avec toutes ses implications sur le droit et la culture juridique d’un côté, l’individu et la société de l’autre.

Midane Tahrir Credit photo Asmae Wagih

 L’ambition de cet évènement est de sortir des schémas narratifs mis en place dans les différentes études, pour aborder ce processus dans son double rapport au passé politique des pays arabes et à leur devenir historique. En effet, dans les nombreuses manifestations consacrées à ce processus, l’accent a été mis sur la modernité des moyens utilisés par les révolutionnaires pour lutter contre les États installés ainsi que sur les aspects sociologiques ou géopolitiques induits par le changement. Malgré la pertinence de ces points, nous estimons que les révolutions arabes méritent d’être approchées d’une manière qui en ferait ressortir davantage la signification, et c’est pour cette raison que ce Colloque souhaite mettre à profit les compétences pluridisciplinaires des intervenants (historiens, sociologues, anthropologues, politistes, juristes et philosophes) pour aborder les problèmes dans une perspective diachronique permettant de déceler, en amont, les filiations généalogiques de certaines questions débattues tout récemment, tout en soulignant les seuils de rupture d’avec le passé que ce processus a pu instaurer. Il va de soi, par exemple, que les débats majeurs en Tunisie, en Égypte ou en Libye se sont focalisés (et se focalisent encore) sur la nature du gouvernement à fonder, le rapport entre l’État et la religion, ou le type de droit à instaurer. Or, ces débats mobilisent les connaissances juridiques et politiques propres à l’Islam classique, tout en les transformant ou en les alimentant par des apports modernes. Il est donc important d’inscrire les travaux du colloque dans cette double perspective pluridisciplinaire et diachronique afin d’approcher le plus justement possible les problématiques à traiter.

 

Penser les Révolutions arabesOrganized for December 13, 14, and 15, 2012, this symposium will be held two years after the beginning of the revolutionary process in the Arab world. Researchers will benefi t from this passing of time in order to stand back and better address substantial issues that have been troubling the region for some time. These issues revolve around the quest for a new relationship between government and its citizens, the relocation of ethics within the problem of governmentality, and the arrival of Islam in power with its implications for both rights and legal culture and the individual and society. The aim of this event is to go beyond the narratives established in different disciplines in order to address the revolutionary process in its dual relationship to the political past of the Arab countries and their historical development. Indeed, in many events dedicated to this process, emphasis was placed on the modern methods used by revolutionaries to fight against the established State, as well as on the sociological or geopolitical aspects of these changes. Despite the relevance of these points, we believe that the Arab revolutions deserve to be approached in a way that would allow additional interpretations. That is why this conference wishes to exploit the multidisciplinary skills of its participants (historians, sociologists, anthropologists, political scientists, lawyers and philosophers) to address the issues in a diachronic perspective allowing us to discover the origins of some recently discussed issues, while stressing the breaks with the past that this process achieved. It goes without saying, for example, that the major debates in Tunisia, Egypt and Libya focused (and still focus) on the type of government to form, the relationship between the State and religion, or the type of law to establish. These debates thus mobilize classical Islamic legal knowledge and politics, while transforming them with modern contributions. It is therefore important to include the work of the symposium in this dual perspective, both multidisciplinary and diachronic, in order to approach as objectively as possible the problems to be discussed.

 


COLLOQUE INTERNATIONAL: « PENSER LES REVOLUTIONS ARABES »
13 /14 /15 décembre 2012

ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE LYON
Site René Descartes. Amphithéâtre

PROGRAMME

13 DÉCEMBRE

1 – SIGNIFICATIONS DU PROCESSUS RÉVOLUTIONNAIRE

9h15 ACCUEIL DES PARTICIPANTS : RENAUD PAYRE
Directeur de Triangle, UMR 5206/IUF

Matin PRÉSIDENT : MAKRAM ABBÈS
ENS de Lyon / IUF

9h30 FARHAD KHOSROKHAVARD
Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris et Cadis (Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques, EHESS-CNRS)
Les révolutions arabes et leurs acteurs : leur mutation et leur fragilité

10h15 MONDHER KILANI
Professeur d’anthropologie à l’Université de Lausanne, Directeur du Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale
La multitude comme sujet de l’histoire. Penser la révolution tunisienne

11h JEAN-PIERRE FILIU
Professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris, Histoire du Moyen-Orient contemporain
La Révolution arabe comme aboutissement de la Nahda

11h45 DÉBAT ET PAUSE DÉJEUNER

Après-midi
PRÉSIDENT : OLIVIER MONGIN
Directeur de la revue Esprit

14h BENOÎT CHALLAND
Assistant Professor au Hagop Kevorkian Center for Near Eastern Studies, New York University
Temps longs et courts des mobilisations politiques dans le monde arabe. Vers une nouvelle subjectivité politique?

14h45 REDA BENKIRANE
Consultant international à Genève, chercheur associé au Centre Jacques Berque à Rabat
La première révolution du XXIe siècle ?

15h30 Débat et pause café

16h MOHAMMAD-MAHMOUD OULD MOHAMEDOU
Professeur invité à l’Institut de Hautes Études Intertnationnales et du Développement, Directeur du Programme Régional au Centre de Politique de Sécurité de Genève
Thématiques du néo-orientalisme dans le contexte du printemps arabe

16h45 LAHOUARI ADDI
Professeur à Institut d’Études Politiques de Lyon, chercheur à Triangle.
L’Algérie et le printemps arabe

17h30 DÉBAT ET CLÔTURE

 

14 DÉCEMBRE
2 – RELIGION ET POLITIQUE. AVENIR DU DROIT DANS LE MONDE ARABE

Matin PRÉSIDENT : FARHAD KHOSROKHAVAR
Directeur de recherche, CNRS

9h30 BAUDOUIN DUPRET
Directeur de recherche au CNRS, Directeur du Centre Jacques-Berque à Rabat
Les sciences sociales doivent-elles créer du sens en lieu et place du monde réel ? Remarques sur l’année 2011 au Maroc

10h15 MOULOUD BOUMGHAR
Professeur de droit public à l’Université de Picardie – J. Verne
Le traitement de la violence politique en Algérie et ses séquelles dans la Charte dite pour la paix et la réconciliation nationale

11h MOHAMMED BAMYEH
Professor of Sociology, University of Pittsburgh
The Spirit of the Arab Revolts: Ordered Anarchy and the New Patriotism

11h45 DÉBAT ET PAUSE DÉJEUNER
Après-midi
PRÉSIDENT : MONDHER KILANI
Professeur d’anthropologie, Université de Lausanne

14h NATHALIE BERNARD-MAUGIRON
Directrice de recherche à l’IRD (Institut de recherche pour le développement) et co-directrice de l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman) à l’EHESS
La place de la shari’a dans l’Égypte post-Moubarak

14h45 NADIA MARZOUKI
Chargée de recherche au Robert Schuman Centre for Advanced Studies de l’Institut Universitaire Européen de Florence
Tunisie : les luttes pour le sacré et la sacralisation de la révolution

15h30 DÉBAT ET PAUSE CAFÉ

16h MAKRAM ABBÈS
MCF à l’ENS de Lyon, membre junior de l’Institut Universitaire de France
La pensée de la souveraineté entre le politique et le théologique

16h45 DÉBAT ET CLÔTURE

 15 DÉCEMBRE

3 – GUERRE ET PAIX – VIOLENCE ET NON-VIOLENCE
PENDANT ET APRÈS LES RÉVOLUTIONS

Matin PRÉSIDENT : REDA BENKIRANE
Consultant international à Genève, chercheur associé au Centre Jacques Berque à Rabat

9h30 LAURENT BONNEFOY
Chercheur en science politique à l’Institut français du Proche-Orient, responsable d’antenne dans les Territoires palestiniens
Yémen : une révolution « confisquée » ?

10h15 MATTHIEU CIMINO
Doctorant à Sciences Po CERI
Le triangle de conflictualité (Liban, Syrie, et Israël) après le printemps arabe

11h JÉRÔME MAUCOURANT
MCF à l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne, chercheur au laboratoire Triangle
La Syrie entre insurrections et ingérences

11h45 DÉBAT ET CLÔTURE


Vous aimerez aussi...